Nicks

Il y a une fonctionnalité que j’aime bien chez Parship, c’est la possibilité de donner des surnoms aux gens. On n’a que 20 petits caractères pour ça, donc ça peut tenir du défi.

Je rappelle que sur ce site là, il n’y a pas de pseudos, seulement des identifiants, une suite aléatoire de chiffres et de lettres. On aborde donc quelqu’un sans a priori, et on ne se fait une idée de lui que grâce au contenu de sa fiche ou des échanges avec lui.

Mais si on veut, on peut remplacer, pour soi et pour soi seul, l’affichage de ladite suite aléatoire, par un surnom judicieusement choisi. Quand vous avez envoyé plusieurs « bouteilles à la mer », c’est agréable de pouvoir tout de suite identifier qui vous écrit, ou vous répond, parmi les différents profils que vous avez consulté.

L’avantage, c’est qu’on est seuls à pouvoir regarder quels surnoms on donne à ses prétendants potentiels, ce qui veut dire, accessoirement, qu’on peut se lâcher si on est d’humeur à se faire des (very very) private jokes et qu’on ne connaît pas encore le prénom desdits prétendants.

La plupart du temps, je relève un ou deux traits particulièrement originaux ou qui me plaisent, un bout de leur « humeur du jour » par exemple. Dans l’immense majorité des cas, ce sont donc des surnoms gentils.

Il y en a d’autres avec qui je ne souhaite pas de contact. Bon, on ne donne pas de surnoms à tout le monde, ce serait trop long, mais quand c’est vraiment très flagrant, j’aime bien marquer le coup. « Analphabète », ou « Bateau, bateauuu » font référence à mon impression sur les réponses de ces messieurs aux questions de Parship. « Snobissime » ou « Verbeux » ont été très, très.. heu… prolixes sur leur fiche (c’est rare), mais pas forcément compréhensibles par le commun des mortelles.  « Prétentieu religiex » (hé oui, on n’a que 20 caractères, je le rappelle) a même été cité sur ces pages, grâce à sa description physique et à son sens du sacré.

Pourquoi se donner tout ce mal pour quelqu’un à qui on ne parlera jamais, me direz-vous ?

Et bien, parce que Parship, si vous le souhaitez, vous informe par e-mail que quelqu’un vous a contactée. En le nommant par son surnom, s’il en a un. Du coup, si vous ouvrez votre boîte mail pour apprendre que « Le Gros Relou » vous a envoyé une demande de contact, cela permet tout de suite de ne pas trop se faire d’illusions sur la suite des choses (= à moins qu’il se soit vraiment surpassé, vous allez lui renvoyer aussi sec une fin de contact).

Dernier avantage : si on est vraiment très déçue par quelqu’un, on peut aisément substituer au surnom qu’on avait choisi (« Alban »), un plus actualisé, qui reflète davantage notre impression sur le personnage (« Alban Connar »).

C’est petit, mais ça soulage.

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.