Roman épistomailaire

Elle : « J’aimerais résilier mon abonnement. Puis-je m’y prendre ainsi ? Cordialement, E. Rothner« .

Elle fait une erreur dans l’adresse mail et tombe sur un particulier, Leo Leike, qui lui explique gentiment qu’elle s’est trompée. Elle s’excuse, et l’échange devrait s’arrêter là. D’ailleurs il s’arrête là, jusqu’à ce que…

Et cela continue pendant 340 pages.

Aujourd’hui, j’ai un livre à vous conseiller. C’est comme ça que ça commence, c’est une histoire d’amour par e-mail, et ça continue un peu , sous forme de feuilleton, si vous êtes patients.

Si comme moi vous l’êtes un peu moins, le livre est aussi disponible en librairie : il est sorti le 1er avril, je l’ai terminé le 2, complètement secouée, et  avec un béguin pour Leo Leike. Je ne suis pas très douée pour parler des livres qui me plaisent, mais celui là est plein d’émotions, de suspense, de coups de théâtre, d’humour et de finesse.

Il y a une sorte de bande-annonce ici, mais je la trouve bien plus mièvre, convenue et fade que le roman, qui s’appelle « Quand Souffle le vent du nord » (« Gut gegen Nordwind« ), de Daniel Glattauer. C’est son premier roman traduit en français.

Sous la pression de ses lecteurs, Daniel Glattauer a écrit la suite, qui s’appelle « Alle Sieben Wellen » (« Les sept vagues« ?).

Je sens que je vais me remettre à lire en allemand.

Accessoirement, je vais voir si je n’ai pas un abonnement à résilier par mail.

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.