Dernière chance de voir Oldelaf et Monsieur D.

Ca y est! Ca y est ! Je suis comme une gamine, je sautille sur place tendance midinette hystérique. Ils sont revenus! Bon, d’accord, ils repartent. Mais ils sont revenus.

Comme d’habitude, j’ai découvert ça par hasard (voilà ce que c’est d’être une inculte qui n’écoute jamais la radio) : Oldelaf et Monsieur D. ont sorti leur troisième et dernier album : « Dernière chance d’être disque d’or« . Et en plus, Oldelaf a sorti sous son nom tout seul à lui un album pour enfant : « Bête et Méchant« , tout ça à grand renfort d’une campagne publicitaire fastueuse (sur Dailymotion, Facebook… qui sait, peut-être Twitter aussi?), concoctée au prix d’un brainstorming d’enfer.

derniere chanceLa mauvaise nouvelle, c’est qu’ils arrêtent. Soi-disant, le groupe a 10 ans, enfin, aura 10 ans le soir de leur dernier concert, le 30 janvier 2010, à L’Olympia s’il vous plaît  (j’ai lancé quelques indices subliminaux à mon entourage pour me faire offrir une place, mais je crains que ça n’ait pas marché).  Bon, moi je trouve que c’est pas une conséquence super évidente, d’arrêter un groupe sous prétexte qu’il a 10 ans. Ca sent même le gros prétexte, enfin bon, je dis rien, hein Je ne sais pas, moi, dites que vous n’avez plus d’idées, que vous avez envie de faire autre chose, que le troisième Monsieur D. et le deuxième stagiaire du groupe commencent déjà à trouver Oldelaf invivable. Enfin, bon. Dont acte. Grrmbllbl.

Mes commentaires, à part le fait que je suis sans doute plus inconditionnelle que jamais :

– En toute objectivité et toute proportions gardées, j’ai enfin une bonne raison d’avoir fait des enfants : grâce à eux, je peux écouter en boucle « Bête et Méchant » en faisant comme si c’était pour eux, alors qu’en fait je me régale aussi, surtout les parties avec le Capitaine Saucisse et Docteur Miaou, deux petites brutes de chats karatékas très méchants. On y croise même un boeuf qui veut devenir aussi mince qu’une grenouille (« Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages/Tout bourgeois veut être comme les beaux acteurs/Mais tout prince a ses petites rondeurs/Que tout marquis voit comme un gage »).bête et méchant

– C’est bien la première oeuvre pour enfant que je connaisse où sont abordées à la fois la cruauté envers les petits animaux (le héros est un sale gosse sadique, limite psychopathe même, bref, une très mauvaise influence pour les petits, du moins au début de l’histoire), la violence (les redoutables « chats karatékas », qui se font néanmoins rétamer par les judocaniches) et même le suicide : celui de l’oncle Toufy, une huître dépressive. Comme tout cela y est plutôt rigolo, vous aurez compris que pour le politiquement correct, on repassera : ça ressemble plutôt à du Roald Dahl, en pire.

– Contre toute attente, Oldelaf y a écrit une chanson d’amour, limite eau de rose. Non, ce n’était pas « Bérénice« , ce portrait de femme sublimement belle, raffinée et inaccessible, qui ne se déplace pas sans son carré Hermès, et dont je ne vous dévoilerai pas le point faible. Non, c’est tout à la fin de « Bête et Méchant« ,  quand on suit déjà depuis un moment les aventures du petit monstre (qui s’adoucit tout de même très nettement au fil de l’histoire, la morale est sauve), juste au moment où la dernière chose à laquelle on s’attend, ce seraient quelques grammes de poésie mignonne et pas mièvre, une histoire de deux souris qui se serrent l’une contre l’autre dans leur petite maison pendant que la pluie « dégringouline » et que le tonnerre « bombourdonne« .

– Ma préférée sur l’album « Dernière chance…« , c’est « Le Crépi » (Laura l’appelle « La crêperie« , c’est son ascendance bretonne), avec mention spéciale pour les deux parties du « Prince du Rock n »roll« .

Je n’ai plus qu’un espoir : que grâce à la publicité éhontée que je leur fais là, ils deviennent effectivement disque d’or et soient tentés de faire un come-back dans un an ou deux.

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.