Scoop ferroviaire

Quand on dépend d’un train pour se déplacer, c’est agréable que cela marche bien.

Et quand ça ne marche pas bien, c’est aussi agréable de savoir à quelle sauce on va être mangé (combien de retard on risque d’avoir si on est en route vers son travail) et éventuellement, si on est d’une insatiable curiosité, on peut avoir envie de savoir ce qui se passe au juste. En plus, ça peut être lié. Si votre train attend juste qu’un feu passe au vert, cela ne prendra pas le même temps que si un de vos compagnons de voyage a tiré le signal d’alarme ou fait un malaise, voire une tentative d’autolyse.

Ce qui est merveilleux à la RATP, c’est qu’ils sont bien conscients du problème.Il y a un vrai effort de communication et de transparence.

Ainsi, par exemple. Votre train s’immobilise sans crier gare (joke). Les minutes passent. Vous êtes toujours immobilisé. Vous vous dites que l’on va certainement repartir d’un moment à l’autre, mais vous ne savez pas quand. L’incertitude vous paralyse, l’angoisse vous étreint. Tout ce que vous savez, c’est que votre train ne bouge plus et que selon toute vraisemblance, vous allez repartir à relativement brève échéance.

Heureusement, la RATP vient à votre secours au bout de cinq ou dix minutes grâce à un message d’information qui dit la chose suivante.

« Votre attention s’il vous plaît. Notre train est immobilisé. Nous allons repartir dans quelques instants ».

Ça, c’est de l’info. Waouh.

Quelques minutes plus tard :

« Votre attention s’il vous plaît. Notre train est immobilisé. Nous allons repartir dans quelques instants ».

Là, ça tient du prodige. Vous en savez même plus que tout à l’heure. Vous savez que le nombre d’instants dont il vient d’être question est légèrement inférieur au nombre précédemment cité. Vous savez que vous n’avez jamais été si près de repartir. Vraiment, ça fait chaud au cœur.

Les messages d’information de la RATP, ce n’est pas seulement de la communication. C’est un grand moment d’humour surréaliste.

7 commentaires

  1. Jerry dit :

    Ah, généralement, ce qu’ils répètent, c’est « notre train est arrêté en pleine voie, nous vous prions de ne pas essayer de descendre ».
    Autrement dit, le but n’est pas du tout de nous apporter de l’information mais de leur éviter des ennuis.

  2. Letesle dit :

    Moi j’aime bien leur message avec une discrète maladresse de français : « suite à un voyageur malade, le trafic est perturbé ». On devrait dire « suite au malaise d’un voyageur » ou quelque chose comme ça, mais pas « suite à un voyageur ». Mais bon, c’est mon côté psychopathe de la rigueur qui veut que ça me dérange l’oreille.
    Sinon, un message qui m’agace c’est « nous vous informons que le trafic est perturbé, merci de votre compréhension » : mais comme on ne sait pas pourquoi il est perturbé, comment veulent-ils qu’on « comprenne » ???
    Cela dit, il faut quand même reconnaître que ça s’est beaucoup amélioré sur les dix dernières années. Leurs messages sont souvent pourris mais ils ont le mérite d’exister. Et parfois ils sont même utiles.

    Au fait, merci Cinn, tu nous gâtes, tu postes souvent en ce moment :)

  3. Cinn dit :

    > Jerry : ça dépend peut-être des lignes ou de l’humeur du conducteur. Le message que je cite est authentique, au moins sur le fond !
    > Letesle : Mais non ! « voyageur malade », « colis suspect » ou « problème technique », ce sont des noms d’incidents. C’est comme si on disait « suite à un « incident de type lambda », le trafic est perturbé »….

  4. Letesle dit :

    > Cinn : toujours pas d’accord ! On devrait dire « suite à la découverte d’un colis suspect », pas « suite à un colis suspect ». Et d’accord pour « problème technique », là c’est correct…
    Oui je suis têtue…

  5. Roman Age dit :

    >Letesle: Dans ce cas, si l’on veut garder « voyageur malade », on n’a qu’à dire « A cause d’un voyageur malade », bien sûr c’est pas très sympa pour le malade, mais au moins c’est correct.

  6. Letesle dit :

    > Roman Age : ah, d’accord pour cette tournure-là, elle me va mieux – certes, c’est pas très sympa, mais au fond quand on est malade, on ferait mieux de rester chez soi plutôt que de perturber le trafic ;)
    Et plus sérieusement, je viens de découvrir qu’en fait l’expression « suite à » n’est de toute façon pas correcte. Il faut dire « à la suite de »… (J’aurais du changer mon pseudo je vais finir par être définitivement cataloguée comme la psychorigide du vocabulaire !)

  7. Cinn dit :

    Moi je préfèrerais autant « Bon les mecs, à cause que au jour d’aujourd’hui y’a un taré qu’a fait sa crise face le train , on repart dans 10 minutes dernier carat ». Il y a l’info que je cherche dedans, au moins.

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.