Les fuyants numériques

Avez-vous déjà reçu ce genre de texto ? "Salut, comment vas-tu?".

Agaçant, non ? Voilà un ami, une connaissance qui daigne se rappeler de vous, mais ne prend pas la peine de décrocher le téléphone ou même vous envoyer un petit mot par mail pour vous proposer se voir. Et qui en plus voudrait vous obliger soit à commencer une sorte de tchatt par sms (oui, si vous lui répondez, vous avez la garantie de recevoir un second message avec une autre question… et non, je n’ai pas un forfait qui me permette d’échanger des banalités à volonté par sms avec tous mes amis!) soit de le/la contacter à votre tour d’une autre manière. Autrement dit, on vous laisse le soin, soit d’entrer dans le même jeu, soit de faire l’effort qu’on n’a pas daigné faire. J’y vois un manque de courtoisie.

J’ai affaire en ce moment à un prétendant d’une espèce particulière. Il s’agit au départ d’un meatix boy avec qui il n’y avait pas eu d’ "étincelle", mais avec qui je trouvais les échanges très intéressants et agréables. Nous nous sommes rencontrés une fois, et il m’a aussi posé deux lapins. Le paradoxe, c’est que depuis, non seulement il n’a plus reparlé de se voir et laissé choir téléphone et e-mail pour me parler, mais qu’il m’envoie ça et là des sms d’un genre particulier.  Belle Cinn, comment vas-tu depuis tout ce temps, moi je suis débordé de boulot. Belle demoiselle, je me sens si bien avec toi, tu me manques terriblement. Belle Cinn, je pense à toi.

Autrement dit, il se languit, mais en ayant pris l’initiative de limiter nos rapports à la forme la plus superficielle et la moins riche qui soit. S’il faut en croire "Msn Dating & Personals" (je n’ai pas retrouvé l’article), le sms étant la manière de garder le contact qui demande le moins d’application, un garçon qui limite à cela ses échanges avec une femme a des intentions au-dessous de la ceinture ! Pire, je n’ai le choix qu’entre deux rôles : 1) la cruelle qui l’ignore et qui le laisse souffrir, 2) l’éperdue qui lui court après en le suppliant de la revoir et en se chargeant de tout organiser (ah oui, un côté maman aussi, donc).

Touchant, mais exaspérant.

Moi, les sms, je les vois plutôt comme utilitaires (puisqu’ils ont l’avantage de faire passer un message sans beaucoup déranger) ou outils permettant de faire un clin d’oeil à quelqu’un, un petit mot comme ça, en général sans obligation de réponse, le nombre de caractères limités permettant de surcroît de se livrer à un exercice de concision (j’utilise peu le "langage sms"… encore mon côté vieux jeu).

De nous deux, il doit certainement y en avoir un encore plus tordu que l’autre, mais lequel ?

6 commentaires

  1. Prof_galm dit :

    En voilà un qui cherche à obtenir quelques choses sans risque.

  2. ralphy dit :

    Personnellement, j’aime bien les emails : ils ont ce côté « je t’envoie un message instantané sans te déranger » que j’apprécie. Le téléphone est agressif : il sonne, il impose de couper son emploi du temps pour y répondre, il est imprévisible. L’email, on le regarde quand on veut, quand on a le temps, on y répond quand on en a envie. Mais le SMS ? Je dirais que c’est un peu entre les deux, le SMS. Ca a un côté « coucou, je pense à toi, mais je ne veux pas m’imposer dans ton emploi du temps, tu me réponds quand tu veux », mais aussi « coucou, je fais exprès de te faire sursauter, car je sais que tu vas lire mon message tout de suite, là, maintenant, et pas dans 107 ans ». Je préfère les emails, mais avec des personnes peu présentes sur le Net, j’utilise parfois — pour ainsi dire exceptionnellement — le SMS. D’ailleurs, en matière de drague, un email a ce côté insensible et asceptisé qui fait barrage : le client mail, celui-là même que l’on utilise pour filtrer ses spams. En revanche, tout le monde ne peut envoyer de SMS à une personne particulière : encore faut-il connaître son numéro de téléphone et ça, contrairement à l’email, on ne le donne pas à tout le monde… Enfin bref. Varions les plaisirs !

  3. Cinn dit :

    Profgalm > Oui, je pense que le côté « ne prenons pas de risque » est bien présent en l’occurrence. Ralphy > Le téléphone est plus agressif, certes, mais plus chaleureux s’il aboutit (d’ailleurs rien n’impose de répondre à un appel téléphonique, surtout avec une messagerie). L’e-mail a des possibilités infinies selon ce qu’on y met. Encore une fois, je n’ai rien contre le sms en lui-même, juste contre le fait que l’on s’y cantonne, alors que toutes les autres possibilités sont ouvertes.

  4. NeverMind dit :

    Il pêche… on ne sait pas, ça va peut-être mordre…

  5. Cinn dit :

    Un pêcheur

    Nevermind : Oui, mais la ligne pèche par trop peu de mordant ! 🙂 Aux dernières nouvelles, il me demande qu’on se revoie… expressément cette fois. Une seconde ligne ?

  6. NeverMind dit :

    Je les appelle « les revenants »… http://nevermindthem.free.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=100&Itemid=86 Ils ont ainsi dans leurs carnets d’adresse une série de plans B. En cas de désoeuvrement, ils lancent quelques lignes. En fonction du résultat, ils lancent en effet une deuxième ligne : oui, on pêche parce quand on a faim…

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.