« … elle ou moi! »

"Je dois avouer que j’ai essuyé une petite crise de jalousie hier soir à cause de toi…" m’a répondu Spokenfor. Il avait laissé son ordinateur allumé et Madame Spokenfor s’est "étonnée" que l’on puisse s’écrire.

"Que lui as-tu dis ? Tu lui as expliqué ?" commençai-je par répondre. Puis, un doute m’est venu et j’ai terminé mon mail par "parfois une explication ne suffit pas, devrons-nous rompre le contact?".

"Je crains que oui, je m’y suis engagé". Comme quoi parfois il suffit de tendre une perche à un homme pour remédier à un accès de couardise. "Petite crise de jalousie", qu’il disait. Petit malin, va. Doux euphémisme.

Il m’a proposé de le contacter dans quelque temps, mais avec une autre adresse, en vue d’une activité à laquelle il m’avait proposé de participer cet automne (en toute chasteté!). Je lui ai répondu qu’à mon avis, il avait renoncé à être en contact avec une personne et non un pseudo. Bête Loyale à manger du foin. Je pense qu’il aurait été aussi gêné de contourner ainsi la promesse qu’il avait faite, que je l’aurais été de l’y aider.

Je ne reverrai donc plus Spokenfor.

C’est trop injuste ! Donc il ne me présentera pas son copain célibataire. Alors que je vois mal en quoi j’aurais pu représenter un danger pour son couple, sachant que 1) on ne s’est vus qu’une fois et la prochaine occasion qui devait nous rapprocher, c’était qu’il me serve d’entremetteur 2) Il a été remarquablement transparent avec moi, et je n’avais pas plus de vues sur lui que lui sur moi, 3) mon dernier e-mail tentait de le convaincre de l’importance de rester vrai s’agissant des circonstances de leur rencontre. D’ailleurs j’ai réussi, c’est déjà ça de gagné !

C’est pour lui que je me fais un peu d’inquiétude maintenant. Si l’on résume la situation, Spokenfor va donc, imminemment, fonder une famille avec une femme qui fouille dans ses mails et qui pique une crise s’il a une amie femme. Voilà deux choses qui me feraient fuir chez un homme !! Bien sûr, je ne suis pas seulement une connaissance féminine, je suis aussi un ancien contact Meatix, et je suis une connaissance suffisamment lointaine pour lui pour qu’il puisse faire une croix sur moi sans dommage. Soit.

Ben oui, mais s’il n’est pas capable de se dresser avec sa petite colonne vertébrale et d’expliquer à sa chérie qu’elle n’a rien à craindre et qu’elle peut lui laisser ses amies….

Enfin… c’est lui qui voit, hein…

Et vous, vous avez déjà vécu avec un(e) jaloux(se) ?

A partir de quel stade vous méfiez-vous d’un(e) ami(e) de l’autre sexe dans l’entourage de votre partenaire?

Quelles concessions seriez-vous prêts à faire, à qui seriez-vous prêts à renoncer pour rassurer votre moitié ?

4 commentaires

  1. Chipolata dit :

    Choisir de renoncer à une amitié masculine par amour. Mais aussi et d’abord parce que le troisième larron ne me semblait pas aussi désintéressé qu’il le prétendait… Sacrifice dans les larmes et la douleur, mais sans aucun regret.

  2. cordelia dit :

    on pari combien d’ici peu de temps il revient vers toi ! Je dirais même qu’il va essayer de ce qu’il a laissé inachevé entre vous deux, c’est obligé ! là c’est tout nouveau avec sa nouvelle copine mais je lui donne pas longtemps pour qu’il en ait marre d’elle et qu’il se dise : « je me demande bien comment ça se serait passé avec cinn si ça c’était concrétisé ! j’essayerais bien pour voir ! »

  3. En Pleine Poire dit :

    Je l’ai vécu…

    J’ai dû tirer un trait sur bcp de gens pour ma copine (enfin ex) … et je l’ai fait… sans transpirer ! Et non, je le regrette pas auj !

  4. johanna dit :

    la jalousie et la possessivité ont été quelque peu évoquées dans la séparation momentanée avec le zom…il a depuis travaillé sur lui, aidé d’une psy…il a compris que m’éloigner de mes ami(e)s, me reprocher les sorties, les coups de tel, les échanges msn, ne servait à rien d’autre qu’à me faire fuir davantage…respect,confiance, liberté…meilleur ami est un homme. Zom a appris enfin (au bout de 14 ans) à le connaître, et à l’apprécier (forcément, c’est mon ami, il est bourré de qualités). Il aura fallu un clash, une rupture, pour qu’il admette qu’un couple c’est 1+1, et que conserver des activités, des envies, des relations de son côté, ça peut être enrichissant pour les 2. Fonder une relation sur des principes de jalousie, de surveillance, de doutes, c’est insupportable à plus ou moins long terme…

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.