Vol de nuits

Elle m’appelle, elle pleure, mais c’est trop tard. Une heure qu’elle me tient éveillée, une heure qu’elle me sollicite, et je n’en peux plus, je sais que j’ai atteint une limite, que le sommeil me manque trop pour que je soie disponible. Je me suis occupée d’elle, longuement. Je lui ai demandé de dormir, je lui ai demandé de se calmer, et comme elle ne le faisait pas, je l’ai remise dans son lit pour mon dernier quart d’heure avant la sonnerie du réveil. Evidemment, elle n’est pas d’accord. Tant pis, elle se calmera. Raphaël aussi a interrompu ma nuit tout à l’heure, un pipi au lit a nécessité un changement de draps, mais lui s’est rendormi rapidement. J’ai craqué, pour quelques minutes de tranquillité, mais je sais que je ne me rendormirai plus.

Mes nuits sont à nouveau hachées menu en ce moment. Ecourtées par la nécessité de se lever à temps pour préparer tout le monde, par mon besoin de prendre un peu de temps pour moi au bout de ma journée avant de récupérer un peu de sommeil. Rendues difficiles par cette crève qui nous fatigue tous les trois.

Mais que c’est dur de se relever encore quand on n’a qu’une envie, c’est de sombrer à nouveau ! S’arracher au lit. Aller le voir. Il dit qu’il tousse. Aller chercher la bouteille de sirop, verser le sirop dans la pipette, la lui présenter, pour s’entendre dire : "Laisse-moi tranquille!". Il veut dormir aussi. Le monstre. Remettre le sirop dans le flacon. Remettre le flacon dans l’armoire à pharmacie. Retourner sous la couette. Jusqu’au prochain réveil.

J’ai constamment l’impression d’avoir besoin d’un équilibre plus stable, de vivre un peu moins sur une corde raide. Je n’y arrive pas. Je ne suis plus à la hauteur de cette vie. Je voudrais savoir mener tout ça de front mais on dirait que je ne suis pas tout à fait taillée pour. Je ne sais pas assez m’organiser, et j’ai trop besoin de temps pour moi, pour trouver sans peine cet équilibre là. Ca ne colle pas, je le sens bien. 

Et pourtant c’est moi qui l’ai choisie, cette vie là, et je ne voudrais pas y renoncer.  Vivre avec Lex ? C’était encore plus fatigant puisque je n’avais pas, ou presque pas, de plages de liberté.  Ne plus vivre avec mes enfants ? Ce serait impensable, évidemment. Et rien de tout cela ne me fait regretter d’en avoir eu. Pas d’autre option que de continuer. Un jour après l’autre.

5 commentaires

  1. K dit :

    Certains WE doivent tout de même être attendu avec impatience ne serait-ce que pour te reposer. As tu le temps, le soir, de passer du temps avec tes enfants… à jouer etc… Je n’en ai qu’une et quand je suis seul avec elle le soir, le temps libre, y’en a pas énormément.

  2. Alyssa dit :

    les piles, t’as essayé de leur retirer les piles ? En tout cas tu as beaucoup de courage pour assumer tout ça toute seule et je trouve que tu t’en sors super bien. bon là ok tu as un ptit coup de mou mais c’est normal quand on est baalade, forcement on est bcp plus fatiguée. mais tu vas très vite te requinquer et paf la machine va repartir pour 15 ans sans interruption !

  3. Caro dit :

    C’est uncoup de blues qui ressemble étrangement à ceux que j’ai pu avoir il n’y a pas si longtemps. Je suis maman solo également, mais d’une seule puce. Les nuits sans sommeil pendant des mois et des mois c’est très dur. L’impression de ne pas avoir assez d’une journée est souvent là. Cette année j’ai décidé de prendre du temps pour moi, sans culpabiliser de ne pas le consacrer à ma puce. Ca fait un bien fou ! Dur dur d’être mère et femme à la fois mais le peu que j’ai lu me laisse penser que tu y arrives très bien. Aller, courage ce mauvais moment va passer 😉

  4. Kaliuccia dit :

    Et bien moi je dis bravo parce que s’occuper toute seule de deux enfants … ben je dis chapeau.

  5. Cinn dit :

    > Kaliuccia : Merci ! … Droit au coeur !

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.