Revisitons « Blanche-Neige »

Eva (du blog "Mes Copines et Moi") s’insurge contre l’image déplorable donnée de la famille et surtout de la femme dans le conte de fées "Blanche Neige et les Sept Nains".

Je me propose d’apporter une modeste contribution sous forme de quelques idées qui rendront au conte un peu de modernisme et de politiquement correct.

1) Nouveau titre : "Brune-Pêche et les sept personnes verticalement différentes". L’appellation "nain" me paraît discriminatoire et potentiellement offensante envers les personnes atteintes de nanisme. S’agissant de la description physique de l’héroïne, outre que le teint de navet n’est plus du tout à la mode pour une femme, le fait qu’elle soit forcément blanche est une incitation au racisme. Je propose donc une héroïne basanée, ou bien qui fait des UV.

2) L’histoire ne se passe pas dans une monarchie mais dans une république (pas d’apologie d’un régime où il n’y a pas de partage des pouvoirs). Brune-Pêche est donc non pas princesse mais belle-fille de Présidente.

3) La Présidente, donc, passe son temps à commander des sondages : "IFOP, IPSOS, qui est la femme la plus compétente du pays?" (valorisation des compétences plutôt que de l’apparence physique chez la jeune femme).

4) Quand la Présidente se rend compte que Brune-Pêche est devenue plus populaire qu’elle, elle organise une campagne de diffamation et monte de toutes pièces une "Affaire Brune-Pêche" où il apparaît que la jeune fille se serait dopée pour participer à une compétition sportive et aurait détourné l’argent du contribuable (plus d’effusion de sang ni de maltraitance de marcassin pour faire croire à la mort de l’héroïne)

5) Brune-Pêche parvient à rétablir la vérité mais décide de quitter le palais présidentiel, venant d’obtenir une place dans une école d’ingénieur prestigieuse. Ses professeurs, qui se trouvent être des personnes de petite taille, sont ravis d’avoir auprès d’eux une élève aussi intelligente (exit donc l’allusion à la jeune fille qui survit grâce à ses talents de cuisinière et de femme de ménage).

6) Un jour, Brune-Pêche se fait aborder par une vieille femme inconnue (en réalité la Présidente déguisée) qui essaye de lui refourguer une pomme à l’air douteux. Brune-Pêche ayant appris à ne jamais accepter de nourriture d’un(e) inconnu(e) (risque de tomber sur un dealer) et à ne pas manger entre les repas, esquive les doigts dans le nez la tentative d’empoisonnement.

7) Brune-Pêche, loin d’attendre dans un état comateux le baiser baveux d’un éventuel prétendant, est donc en mesure de faire tous projets sensés et modernes (sexualité bon teint, mariage optionnel, carrière lucrative, projet immobilier et crédit auto pour promener les enfants en Monospace, tout en  mangeant cinq fruits et légumes par jour). The end.

La prochaine fois, nous nous attaquerons à "La Belle aux Bois Dormant", ce fléau sexiste qui a transformé des générations de femmes en nunuches attendant le Prince Charmant sans bouger de chez elles, ou au "Petit Poucet", qui donne une image piteuse de la condition de parent (que ça soit l’ogre qui égorge ses propres filles sans s’en rendre compte ou les bûcherons qui abandonnent leurs enfants parce qu’ils n’ont plus les moyens de les nourrir, alors qu’ils auraient dû commencer par réfléchir avant d’arrêter la contraception, ces irresponsables).

Je suggère aussi à Eva de lire désormais à ses neveux les "Contes à l’Envers" de Dumas et Moissard, qui se sont livrés au même exercice que moi avec bien plus de talent, et ont donc réécrit "Blanche-Neige", entre autres contes ("Le Petit Chaperon Bleu marine", "la Belle au doigt bruyant", etc).

6 commentaires

  1. ralphy dit :

    Discrimination ?

    Que « nain » puisse paraître offensant, j’en conviens. « Personne de petite taille » est quelque peu maladroit, mais évite la connotation péjorative du mot d’origine. Cela étant, pour éviter toute discrimination, je voterais volontiers pour l’absence d’allusion à leur taille. En effet, la taille des personnes auprès desquelles Brûne-Pêche se réfugie n’apporte aucune information pertinente au drame qui se joue. Par ailleurs, il serait discriminatoire de choisir des enseignants sur un critère aussi sans rapport avec leurs compétences que leur taille, car j’ai du mal à imaginer que tous les sept enseignants de Brune-Pêche se soient retrouvés dans la même école d’ingénieurs par un pur hasard. Pour ce qui est de la monarchie contre la république, je ne suis pas certain que l’un soit un régime meilleur que l’autre. On pourrait tout à fait opter pour une monarchie constitutionnelle. Personnellement, je trouve que la démocratie est une illusion très maladroite de la liberté, laissant croire aux foules qu’elles ont le pouvoir de décider de leur avenir et ce pour leur plus grand bien, alors que je soutiens que tout le monde n’a pas les compétences suffisantes pour faire les meilleurs choix et en particulier dans des domaines aussi pointus que l’élaboration des lois. Cela étant, cette dernière considération dépasse sans doute la plupart des gamins de cinq ans qui, entre nous, vivent au quotidien dans une dictature (plus ou moins éclairée) que l’on nomme « famille »…

  2. Cinn dit :

    Ralphy : oui mais attends, je supprime déjà la magie, le chasseur, le coeur de la biche/du marcassin, le prince charmant, le miroir magique, la symbolique des couleurs (rouge, noir, blanc) et le bout de pomme coincé dans la gorge de Brune-Pêche. Tu te rends compte, si je supprime en plus les sept « vertically challenged », le conte va être méconnaissable… en plus, je suis sûre que je peux trouver une explication plausible à la présence des sept petits profs de l’école. Pour le débat monarchie/démocratie, je me sens encore moins apte à donner mon avis sur la question depuis mon dernier billet. La république m’a juste semblée plus politiquement correcte que la monarchie.

  3. lepotdefleur dit :

    ben moi, ça m’a fait bien rire ta nouvelle version de Blanche-Neige… politiquement correct et très actuel en même temps!

  4. vol de nuit dit :

    et le prince charmant ?

    J’ai mal lu ou le prince charmant c’est le pseudo prétendant qui donne un baiser baveux ?… tu sais combien j’y suis attaché, moi, avec mon histoire de princesse… 🙂 bon, enfin tout ça pour te dire que tu m’épates toujours avec ton aisance à écrire, et que pour le coup, si tu me trouves des comédiens, on peut mettre en scène ta réécriture de l’histoire… continues, tu as ta vocation bien en mains !

  5. Mister H dit :

    Je suis contre ta version

    Pourquoi ? Parceque qu’il faut que ce conte perdure en sa forme actuelle. Pourquoi ? parceque d’ici 1 ou 2 générations ce conte ne pourra plus être lu aux enfants, car nous devrons leur expliquer et leur décrire les « nains », car ceux ci n’existeront plus. Le gène du nanisme ayant été découvert, tout enfant naissant avec ce gène sera soigné et deviendra une « personne de grande taille ». Sauvons les nains en continuant à raconter cette histoire telle quel. PS : déjà qu’ils nous ont interdit de les lancer, alors qu’est ce qu’il va nous rester ?

  6. ralphy dit :

    Lancé de nains ?

    Mister H, un autre scandale est qu’il est aussi interdit de les voler, les nains, enfin les nains de jardin, j’entends. Mais que fait donc la police ?! 😉

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.