La carte Mère

Je suis une sous-douée de l’alterperception. Cela joue des tours parfois.

L’autre soir, j’ai retrouvé par hasard ma mère et ma cousine au cinéma.  J’étais en train de voguer vers ma place, tout en me demandant vaguement si elles ne pouvaient pas avoir eu envie de voir le même film, et sans m’apercevoir que j’étais sur le point de m’asseoir juste devant elles…!

L’ennui, c’était que j’étais accompagnée d’un charmant garçon qu’elles ne connaissaient pas. Pour être plus précise, dans ma liste des choses à faire en priorité, la présentation officielle aux parents se trouvait à peu près entre les numéros 107 581 : "M’inscrire à un stage intensif de saut à l’élastique et de gastronomie esquimau" et 107 583 : "Apprendre trois nouvelles langues : l’Ainu, le Bikya, et l’Eyak"(*)

Gri-llée !….

Parce que le garçon est charmant, il a salué ma mère est ma cousine.

Parce que 107 582, ça fait quand même beaucoup, il s’est aussitôt assis à sa place.

Pour la même raison, je n’ai présenté personne à personne, ce qui est extrêmement impoli.

Parce que le contraire aurait été encore plus impoli, nous n’avons pas changé de place.

Parce que ma mère n’est pas bête, elle a quasiment tout deviné de la situation, l’a trouvée fort divertissante, et est partie sans demander son reste à la fin du film.

Parce que je lui devais tout de même quelques remerciements, excuses et explications, je lui ai téléphoné deux jours après.

Ce qui est amcourrierducoeurusant, c’est qu’elle s’est mise à me donner des conseils.

Que c’était une très bonne chose, à ce stade de ma vie, que je puisse avoir des amourettes qui ne durent pas. Que je devais faire attention à qui je fréquentais. A qui j’emmenais chez moi. Que je devais éviter de faire venir quelqu’un quand mes enfants étaient là. Ce genre de choses.

Je ne connais pas la vie sentimentale de ma mère, hormis le fait qu’elle s’est mariée avec mon père et qu’elle n’en a jamais divorcé. Il y a certainement des pans entiers de sa vie personnelle que je ne connais pas, et que je n’ai d’ailleurs nul besoin de connaître. C’est sûrement un peu prétentieux, mais j’ai tout de même l’impression d’avoir plus d’expérience qu’elle de ce côté là. J’ai vécu avec plusieurs hommes, j’ai aussi sûrement fait plus d’erreurs qu’elle. Bref, elle est sans doute incollable sur la vie de femme mariée, mais la vie de femme séparée qui peut avoir des "amourettes", elle peut en avoir entendu parler, en avoir discuté avec ses copines, mais ne l’a jamais vécue.

Bizarrement, elle ne m’a jamais donné de conseils lorsque j’étais adolescente ou jeune adulte (là, j’en aurais eu sérieusement besoin), et là, ils sont devenus inutiles. Ces conseils auraient pu être agaçants, mais je les ai plutôt trouvés mignons. Je l’ai rassurée quand j’ai pu.

Un peu comme si je lui faisais la leçon sur l’élevage des enfants en bas âge ("attention, hein, ils courent partout, ils font des bêtises, il faut les surveiller. Et puis ne pas céder à tous leurs caprices, triplessinon on n’en finit plus"), alors qu’elle a eu quatre enfants et trois petits-enfants... Ca la ferait doucement rigoler. (Quoi, comment? Mais non, je ne compare pas les hommes à des enfants en bas âge qui courent partout et qui font des caprices, je dis juste qu’elle en connaît dix fois plus que moi sur la question… ne me faites pas dire ce que j’ai pas dit, non mais alors. Oui, les garçons ont la réputation d’être parfois immatures, mais à ce point, j’ai jamais dit que… si, je l’ai dit..??, mais alors pas très fort, hein?… saperlotte, quel bourbier!) .

C’est mignon à cet âge là, non ?

(*) note culturelle : aux dernières nouvelles, la dernière personne au monde qui parlait le Bikya est décédée récemment, et l’Eyak n’est plus parlée que par une personne. J’aurais plus de chances de trouver un interlocuteur parmi les 300 personnes qui parlent l’Ainu, un dialecte japonais.

9 commentaires

  1. Jerry dit :

    Elle n’y connaît rien, en femmes séparées, ta mère? Tu veux rire? Elle a déjà regardé 2 saisons de Desperate Housewives!

  2. Cinn dit :

    > Jerry : Ah oui, c’est vrai, que n’y ai-je songé plus tôt. Et puis moi, j’ai vu l’intégrale de Sex and the City, ça compte aussi ?

  3. m dit :

    J’ai longtemps cru que ma mère comprenait … mais en fait, rien du tout !! (l’aquarium a fini chez Magic Maria la dame qui fait le ménage, mais il n’était pas immeuble par destination, non non !)

  4. Natacha dit :

    J’ai toujours l’apprentissage du latin (oral) assez haut dans la liste des choses que je veux faire… ça compte comme le Bikya, ou alors à cause de ces gens du Vatican ça devient plus niveau Ainu ? Autrement moi non plus je ne connais rien de la vie sentimentale de ma mère, et je suis sûre que c’est mieux comme ça. Je m’en suis rendue compte un jour où elle a sortie sa pochette cartonnée de prépa’, qui est couverte de citations et autres pensées marrantes (c’est pour ça qu’elle l’avait sortie, d’ailleurs). Il y avait quelques zones de la pochette qui étaient noircies au feutre ou au stylo, façon document officiel censuré, de sorte à ce qu’on ne puisse plus voir ce qui est en dessous. Je comprends tout à fait que depuis cette époque (quelques années avant qu’elle rencontre mon père) des choses aient pu changer. Mais il y avait aussi quelques phrases écrites en morse. Par malheur, je connais par cœur l’alphabet morse (même si je suis loin de le lire couramment). J’étais arrivée au milieu d’une de ses phrases, sur un prénom masculin, quand j’ai arrêté de déchiffrer, après la prise de conscience que c’était une pelouse sur laquelle je ne devrais pas marcher.

  5. Cinn dit :

    > Natacha : Le latin… tsss… c’est d’un commun ! Hein, Jerry ? > m : Me voilà rassurée. Pour ceux qui ne comprendraient pas cette histoire d’aquarium et de Magic Maria, il s’agit d’une allusion à un billet pas follement récent de la Fleur. C’est là (puisque cette fois elle donne son adresse, je ne pense pas commettre d’impair): http://fleur59.over-blog.com/article-2810854-6.html#comment24892063

  6. Gorgonzolla dit :

    Quand on va au cinéma, qu’on est accompagné, et qu’on y rencontre sa mère, sa cousine ou quelqu’un faisant partie de la catégorie des gens qu’on aurait aimé éviter de rencontrer dans cette situation, la personne qui vous accompagne doit elle nécessairement avoir un « titre honorifique », (genre « mon ami », « mon copain », « mon petit ami », « mon collègue », « mon voisin », « mon boucher », « mon réparateur de télé », ma « target du moment », « mon futur mari », etc.)? Bon, effectivement, il faut être dans la situation pour vraiment la comprendre, mais finalement, pourquoi n’avoir pas tenté un simple « Je te présente Alphonse »? Sinon, quel film êtes vous donc allés voir?

  7. Cinn dit :

    > Gorgonzolla : « Paris ». Sinon, ton raisonnement peut paraître pertinent, comme ça, a priori, mais tu ne connais pas les fans de Desperate Housewives. Je n’aurais pas tardé à recevoir en retour une question du style « Alors, ce Alphonse, c’est ton jardinier, ton plombier, ou ton chirurgien ? …Pas ton pharmacien, j’espère ! »

  8. Gorgonzolla dit :

    Moi, aux questions indiscrétes, j’ai une réponse toute préparée… Celle que je préfére, c’est: « Et bien si on te le demande, tu diras que tu ne sais pas! » Bon, maintenant tu sais… Fan ou pas fan de Desperate Housewives, ta mère et ta cousine se sont éclipsées sans mot dire et le sujet n’a pas été réabordé directement non plus! Donc, pour les prochaines fois, je pense que le « je te présente Alphonse » est tout à fait jouable… Il faut y aller au culot! (et dire que c’est moi qui dit ça…)

  9. K dit :

    Ah mince, j’espère que votre séance de ciné n’aura pas été « plombé » par maman juste derrière. J’aurais changé de place, je crois que ma mère aurait très bien compris.

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.