N-étiquettée

Je suis une spammeuse !academie_Nadine

J’ai envoyé des e-mails non sollicités à des internautes que je ne connaissais pas. Je n’ai même pas regardé si c’étaient des garçons ou des filles, ni si ça ressemblait à une adresse professionnelle. Et pourtant je n’ai pas l’excuse d’avoir fait une quelconque erreur de manipulation ou d’avoir cliqué par erreur sur un bouton qu’il ne fallait pas. C’est mal, hein?

Mais pour ma défense, c’est eux qui ont commencé.

Prenez Athénaïs, une jeune femme qui aime discuter sur des forums. Je ne l’ai jamais rencontrée en vrai, mais néanmoins discuté avec elle suffisamment pour qu’elle ose me confier un secret personnel et potentiellement dangereux pour elle. Non sans surprise de ma part, car nous sommes plutôt copines virtuelles qu’intimes.

Athénaïs a reçu, il n’y a pas longtemps, une alerte sanitaire si alarmante ("Message de sûreté du Québec, prévenez d’urgence vos brus, filles, nièces, gardiennes, voisines" (sic), etc etc.) que, même si je ne l’avais pas déjà rencontré auparavant, j’aurais immédiatement flairé le hoax.

Soucieuse du bien-être de ses copines virtuelles, elle l’a immédiatement transmis à tout son carnet d’adresses. En clair. C’est-à-dire en laissant tout le monde voir les adresses de tout le monde.

Mon sang n’a fait qu’un tour. C’était une mission pour .. Super-Maîtresse Cinn !

J’ai empoigné mon super-clavier, appelé à la rescousse mon aide de camp Super-Mulot et filé sur Hoaxbuster pour copier l’adresse de la page où le canular était démonté et expliqué.

J’ai concocté un mail de deux lignes, sans ambages, sans formule de politesse et sans fioritures, du genre "A ne pas diffuser, c’est un canular", suivi du lien susmentionné.

C’était une urgence, un sauvetage, un acte de santé publique, visant à la fois à diffuser la vérité le plus rapidement au plus grand nombre (car le message, avouez-le, était très inquiétant pour les brus, gardiennes et autres belles-filles du carnet d’adresse d’Athénaïs, qui avaient sûrement besoin d’être rassurées) qu’à attirer l’attention d’Athénaïs sur le fait que toute nouvelle n’était pas forcément à diffuser d’urgence.

Bon, d’accord, ce n’était pas très discret comme intervention, mais c’était peut-être une question de minutes avant que le message ne soit à nouveau renvoyé à plusieurs carnets d’adresse entiers.

Vous savez quoi ?

Je me suis fait incendier par Athénaïs : "Je te prie de ne plus envoyer d’e-mails à mes contacts".

Interrogée en retour, elle m’a expliqué qu’elle aurait reçu des réactions du type "Mais c’est qui cette personne qui se permet d’envoyer des mails en utilisant ta liste de contacts" (mais non, pas la liste de contacts, je n’y ai pas accès, voyons ! Juste la liste des interlocuteurs de cette discussion!). Et aussi, accessoirement, que son mari m’avait prise pour un homme au vu de mon pseudo (bon, ça, c’est un autre problème, ma pauvre Athénaïs, si ton mari surveille tes mails et ne veut pas que tu reçoive d’e-mails d’inconnus). J’ai répondu en en profitant pour en rajouter une couche sur  le fait 1) que  je n’utiliserais pas les adresses en question autrement que pour le démenti en question, et que 2)  normalement, quand on envoie le même message à un grand nombre de personnes, surtout si elles ne se connaissent pas, on les met en "copie cachée" et pas en copie. Elle m’a répondu : "Je ne met jamais personne en liste cachée, tout simplement parce que personnellement je n’avais jamais pensé prendre les contacts de quelqu’un d’autre sans son accord". Mince alors. Elle croyait quoi, que je voulais lui piquer ses copines, façon cour d’école primaire ? Que je voulais  fomenter un complot secret derrière son dos ? Pourtant, mon mail était on ne peut plus laconique, et je n’ai proposé à personne de cam chaude.  Je ne lui ai même pas reexpliqué qu’il y a de vrais spammeurs qui auraient pu récupérer toutes ces adresses au vol. Quelque chose me dit qu’elle doit m’en vouloir un peu d’avoir montré à tout ce beau monde qu’elle pouvait être un peu crédule, et que son indignation n’est pas sans être teintée d’un peu de mauvaise foi.

Nous, les super-héros virtuels, sommes des incompris.

5 commentaires

  1. Matt dit :

    Bien fait pour elle ^^

  2. Ness dit :

    Il m’est arrivé la même chose il y a quelques années ^^ Ce genre de trucs me casse les pieds au plus au point. Elle est pas un peu parano, ta copine ? (au fait, me voilà, le grand retour sur le web de Ness… Merci encore pour le déjeuner avec Nat, c’était super sympa !!!)

  3. m dit :

    Merci d’être venue me faire un coucou sur le site de la fleur … depuis j’ai changé de crèmerie, mais c’est une autre histoire !! Je reviendrai te lire …

  4. Alyssa dit :

    mdrrrrr bienvenue au club des gens qui à chaque fois qu’on veut faire une bonne action et aider les autres ben ça nous retombe dessus direct. C’est comme au bureau quand tu vois que ta collègue du bureau d’à coté est débordée et que la seule façon de l’aider pour qu’elle puisse tout finir à temps (car tu n’as pas été formée à son travail) c’est de lui retirer pour quelques jours la gestion des fournitures de bureau. Une semaine après tu as le directeur qui arrive dans ton bureau : Machin m’a dit que vous l’avez aidé cette semaine. Je voulais vous dire que j’ai tellement adoré votre façon de gérer la distribution des fournitures que j’ai décidé, pour le bien de la société, de vous confier dorénavant cette tâche … c’est pour ça que maintenant je réfléchis à deux fois avant et que je finis par laisser tomber en disant : oh et puis après tout chacun sa merde ! nan, en fait je me fais encore avoir … mais bcp moins qu’avant quand même !

  5. Cinn dit :

    > la Fleur : Bienvenue sur ces pages. J’aimerais bien savoir où est ta nouvelle crèmerie ! > Alyssa : c’est ça d’être douée ! Quelle malchance ! 😀 Bientôt tu vas être obligée de mettre ton talent sous le boisseau de de te faire plus mauvaise que tu n’es pour ne pas devenir la bête noire du bureau… > Ness, Matt : Ouf ! Merci de votre soutien.

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.