Des soucis et des sushis

La journée a été longue et pas facile au travail. Maintenant, il fait presque nuit, et j’ai hâte d’être enfin chez moi, d’autant qu’en ce moment mes enfants sont au bord de la mer et que j’ai envie de me reposer (étrange, hein, ce phénomène de décompression. J’ai moins à faire, je peux dormir, et pourtant je me sens épuisée !).

CehefPassage à la boutique SNCF pour achat d’un billet de train. Le guichetier me demande si j’ai une carte de fidélité : "Avez-vous moins de 26 ans?". Oh le vil flatteur. Un peu gros, mais gentil quand même : je le remercie en me marrant. Jovial comme tout, il me vend les billets dont j’ai besoin et réussit même à me convaincre d’investir dans une carte Eskapad pour avoir des billets moins chers. A cause de moi, il ferme son agence un peu trop tard, mais sans montrer le moindre signe d’impatience.chouchou

En sortant de là, je décide d’investir dans mon péché mignon préféré. Les sushis. Lex, quand il avait quelque chose à se faire pardonner, ne m’offrait pas de fleurs, mais me rapportait des sushis et sashimis.

Je connais ce restaurant japonais, pour y être allée deux ou trois fois, mais à ma surprise, le gérant me reconnaît immédiatement et vient me serrer la main. C’est un type éternellement souriant et chaleureux, qui semble en plus avoir une excellente mémoire puisqu’il se souvient de moi. "Avec des personnes agréables comme vous…" dit-il.

Et de deux gentillesses en Sashimisune seule soirée. Chic ! Même l’ambiance du restaurant, en attendant mon menu à emporter, est apaisante. Sur le haut des murs court un éclairage rose orangé qui donne l’impression d’une tranche de coucher de soleil, et qui rompt l’assemblage de couleurs sobres qui caractérise les restos japonais. De petits bruits de baguettes qui picorent leur repas, des poissons qui se promènent dans leur bocal, un nouveau sourire de mon hôte quand il m’apporte l’addition… je reprends du poil de la bête. Il en faut peu, au fond.

J’adôôre les sushis.

6 commentaires

  1. m dit :

    Souchi

    C’est le nom de mon chat, qui est d’ailleurs un chat-chien (qui ouvre les portes, groule quand on sonne, rapporte des ba balles), et puis moi, les poissons rouges … (note bien, je ne vais pas revenir raconter ça !!!)

  2. Cinn dit :

    > m : Si ça se trouve, c’est de lire les aventures de ton chat qui m’a donné envie de sushis?

  3. Natacha dit :

    Moi aussi j’adôôre les suchis. Et j’ai découvert ce merveilleux plat très récemment, grâce à mon Arbiter ; et ça ça rend le plat encore meilleur 😉 D’ailleurs je n’ai pas souvent des envies particulières en matière de nourriture, et pourtant ces derniers temps il est arrivé plusieurs fois en rentrant du labo’ que j’aie envie de suchis.

  4. K dit :

    Mince quelquechose m’échappe : je ne vois pas les liens entre les deux premières illustrations et le contenu de l’article.

  5. Cinn dit :

    > K : Il s’agit de références hautement culturelles. 1) les Nuls et leur fausse pub sur « Hassan Cehaf », 2) Chouchou, qui, elle aussi, « adoore les sushis ».

  6. K dit :

    Le culturel m’aurait donc échappé. Mince :o) Merci de l’explication

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.