A moitié vide

« Hou, hou ? Mais ils sont où les gens ? Snif, snif, plus personne ne s’intéresse à ce que j’écris, puisque c’est comme ça, je n’ai plus qu’à fermer le blog, na ! »

C’est en substance ce que nous dit Natacha. Oui mais là, Natacha, tu deviens vexante.

Là où le bât blesse, c’est qu’avec un nombre de visiteurs et de pages vues par jour comparable à peu près comparable un peu amplement supérieur au mien, pour lequel je tuerais père et mère, Natacha s’estime déçue et délaissée.

Tout cela ramène à la question toute simple : pourquoi écrit-on ?

Et pourquoi je continue ce blog, moi, alors que presque personne ne vient me lire et qu’un commentaire d’une demi-ligne, suffit à ensoleiller ma journée ?

Moi qui n’ai pas, comme Tom et Jerry, l’ambition de refaire le monde (ou alors, juste des retouches)?

Moi dont une grande partie des lecteurs s’égare sur mes pages après une recherche passablement inavouable (dont je vous épargne les détails) sur un moteur quelconque ?

Moi ai cru crever de pâmoison le jour où un billet a déclenché un interminable débat de onze commentaires ?

Moi qui n ‘ai jamais eu cette consécration de voir un troll essayer de semer la zizanie parmi mes lecteurs ?

L’appât de la gloire, de l’argent et des mecs faciles ? Nan. Là, à moins d’avoir un destin exceptionnel en écriture, on fait franchement fausse route.

Tout dépend, c’est selon, et inversement.biblioth_que Je suis convaincue que lorsqu’il s’agit d’écrire, on a toujours une foule de concurrents/collègues bourrés de talent et d’idées intéressantes. Même celui qui consacre des années de sa vie, son talent, ses larmes, sa sueur et ses nuits, à écrire un roman d’encre et de papier capable de captiver les foules, n’aura au final écrit qu’un livre de plus, et n’est qu’à la moitié du chemin pour se trouver un public, pour se faire sa place.

Pour un blog, c’est encore pire. Donc soit on écrit essentiellement pour le plaisir d’écrire -ou le besoin-, et le public en adoration n’est que la cerise sur le gâteau ;

…soit on écrit essentiellement pour son public, et alors il faut se creuser la tête en permanence pour trouver les moyens de le garder. On trouve une idée géniale, ou un thème très fédérateur (il paraît qu’on gagne plein de lecteurs en classant son blog sous une rubrique du genre « textes érotiques interdits au moins de 18 ans »). On fait des textes courts si les lecteurs n’ont pas beaucoup de temps à vous consacrer. On se décarcasse pour bien se faire référencer. Et caetera.

Quand on sait pourquoi on écrit, on sait pour quelles raison on arrête d’écrire. Ou non.

10 commentaires

  1. K dit :

    Je crois que certains écrivent (enfin blogguent) pour être lus par le plus grand nombre (ça doit être ennivrant) et d’autres parce qu’ils ont ce besoin d’écrire et accessoirement de partager ce qu’ils écrivent. Les 1er ne se contenteront pas de 40 visiteurs/jour, les autres n’iront mater leur stats que de façon très épisodique. Je ne sais pas trop pourquoi, mais j’aime bien savoir que je suis lu. Après le nombre, ce n’est pas important et je ne cherche pas à « retenir » mon lectorat !! A bientôt. Ton soleil

  2. Kché dit :

    Tremble car je vais hacker ton compte et mettre pleins de virus dans ton PC Le troll très très méchant

  3. Cinn dit :

    Aaaaah ! C’est bon de savoir qu’on a des lecteurs dévoués, prêts à assouvir ses fantasmes les plus fous.

  4. Natacha dit :

    Je suis bien désolée d’avoir vexé le peu de lectorat qu’il me reste, le but de la phrase paraphrasée ici était plutôt de le faire sourire. J’ai expliqué les passages difficiles en commentaires de l’article. J’ai déjà évoqué sur mon site (dans http://vibrissae.org/fr/creativite-et-loisir ) pourquoi j’écris et j’entretiens mon site. Il y a juste un autre petit « pourquoi » qui s’est ajouté depuis, celui de faire passer les nouvelles personnelles auprès des personnes qui me connaissent (mais pour ça, je n’espère pas plus de lectorat que le peu de gens qui me connaissent). Bref, j’écris dans l’espoir que ça plaise à quelqu’un, et plus ça plaît à beaucoup de monde plus je suis contente (et plus j’ai l’impression d’avoir contribué à l’amélioration de ce monde), mais deux commentaires constructifs suffisent à me motiver pour continuer (ce qui finalement n’arrive pas si souvent que ça dans mes articles à prétention artistique :-()

  5. Cinn dit :

    « Les passages difficiles » ?… Et pan ! sur le nez 🙂 Non, on n’est pas vexés, c’est juste qu’on voit qu’on ne compte pas pour toi, c’est tout (mine boudeuse) 🙂

  6. ralphy dit :

    Méthodes

    Il existe des méthodes pour améliorer le trafic de son site, ou encore d’améliorer la quantité de commentaires. L’une des méthodes est de faire des listes, par exemple : « 10 façons de séduire un garçon » ou « 10 meilleurs blogs de filles de l’année », puis de bombarder les Digg-like de ces liens, et en faire la promotion à ses amis (à qui on demandera de voter sur les propositions des Digg-like au passage). Cela attire des liens depuis les Digg-like, depuis les autres blogs, et depuis d’autres sites. Bref, de nouveaux lecteurs. Une autre méthode : le cross-posting. On invite un blogueur tiers sur son blog, et lui-même vous invite sur le sien, à vous exprimer conjointement sur ce qui vous chante. Il vaut mieux avoir des blogs traitant de sujets similaires. Dans la même veine : l’interview, ou encore la présentation croisée des blogs respectifs. Pour faire réagir les lecteurs ? Rien de mieux qu’un sujet polémique. Autrement, un sujet qui donne aux gens l’envie de s’exprimer. A cela, ajouter une dernière phrase qui incite au dialogue, à la réaction, comme le très générique « Qu’en pensez-vous ? », ou ici, plus spécifiquement, cela aurait pu être « Pensez-vous que Natacha a raison de menacer de fermer son blog ? » ou autres « Doit-on fermer son blog malgré l’absence de public ? » Ici, tu aurais pu mettre un article tel que « 10 bonnes raisons de fermer/ouvrir/continuer son blog », voire trois articles d’un coup, que tu terminerais par une question du type « Selon vous, pourquoi ferme/ouvre/continue-t-on un blog ? » 🙂

  7. Gorgonzolla dit :

    C’est effectivement une question que je me pose assez souvent… Pourquoi écrire? Pourquoi blogger? Qu’est ce qui peut bien pousser les gens à passer autant de temps à s’occuper de leur blog? Qu’est ce qui peut bien les motiver à écrire ainsi articles sur articles? Je me suis posé cette question et je suis demandé si ce qui motivait les bloggers n’était pas à la base à rapprocher de ce qui poussait nos ancêtres à laisser des peintures sur les parois de leurs cavernes. Peut-on comparer un blog sur Internet à une empreinte de main préhistorique sur une paroi rocheuse? Sur le principe, je pense que oui. Le blog a ce même côté un peu exhibitionniste. On écrit pour montrer. On écrit sur ce bout d’Internet comme un taggeur déposerait son graffiti sur un mur blanc. Pour que cela se voie! A côté de cela, on écrit surtout pour partager. Partager une expérience, partager une émotion, partager une idée, un point de vue… Ou alors, pour se rassurer. Car c’est parfois effrayant de se dire qu’on est seul au monde à penser quelque chose. L’écrire, le soumettre à ses lecteurs, recueillir leurs avis, tout cela peut rassurer…

  8. Roman Age dit :

    commentaires

    Et pourquoi en considerant qu’un lecteur lise un article, laisse-t-il un commentaire ou pas? Pour ma part, lire un article meme interessant n’est pas suffisant, il faut bien sur avoir envie de reagir, avoir quelque chose d’interessant a dire, mais surtout une condition je pense est qu’il faut que d’une facon ou d’une autre j’ai un minimum d’interet pour le site dans son ensemble, un certain attachement, du moins juste assez pour etre a peu pres sur d’y revenir un jour (et de pouvoir le retrouver le lien facilement), ne serais-ce que pour lire les commentaires suivants.

  9. Letesle dit :

    un de plus

    hou là là, on en est maintenant à 9 commentaires sur ce post !! Comment tu te sens ??? ;o)

  10. Never dit :

    +1 = 10

    😉

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.