L’anti-dragueur à la noix (2)

Henri avait-il oui ou non un côté coquin ? Lorsqu’on est un garçon sérieux et un gentleman honorable, on a beau discuter de tout et de rien avec une femme sur Parship, il faut un jour passer aux choses sérieuses.

Déjà, il m’a très vite posé LA question, celle à laquelle on pense en premier quand on rencontre quelqu’un de nouveau. Osé, indiscret, mais après tout, il faut un moment où l’on brise la glace et où l’on se pose les vraies questions sur quelqu’un :

« Et vous vous travaillez dans une PME, une multinationale ou dans le secteur public ? »…….

J’ai demandé à Henri l’explication de deux phrases un peu énigmatiques qu’il a citées dans son profil comme étant importantes pour lui. Il m’a gentiment tout expliqué en détail, avec rappel historique, exemple des nations et application aux individus. Le lien avec la recherche individuelle du bonheur. Oui, tout cela était réellement intéressant, Henri est manifestement quelqu’un de méthodique et réfléchi, mais jamais je ne me serais attendue à échanger sur ce site là une phrase telle que : « En devenant un pays massivement importateur de tout ce qui se fabriquait en Europe, et en ne développant pas d’outil de production, l’Espagne est devenue  un pays sous-développé jusqu’au début du 20 ème siècle« .

Après plusieurs messages de ce type, Henri a laissé glisser une phrase qui m’a parue, à première vue, chargée de sous-entendus érotiques et d’un double sens à peine masqué :

« Cela dit, je ne sais pas seulement philosopher : je suis aussi très habile de mes mains pour cuisiner et faire d’autres choses ! »

D’autres choses. Un point d’exclamation. Oh, le petit canaillou. Qu’est-ce qu’il sous-entendait là ? Sachant que sa fiche ne mentionnait aucune activité manuelle, pas même la cuisine. Oh, le petit coquinou. Mon amie Lina aurait susurré, le regard en coin « Je suis très souple« . Lui, c’étaient les doigts.  J’allais enfin découvrir la facette lubrique du personnage.

Toute émoustillée, je lui ai donc très logiquement posé la question : « Qu’est-ce que vous aimez faire (et faites bien, apparemment) de vos dix doigts ? »

La réponse a été sans appel :

« Je suis aéromodéliste : je conçois et dessine, construit des modèles « réduits » de planeurs, que je vais ensuite faire voler à la montagne. Le dernier planeur que j’ai construit fait 5 mètres d’envergure, et a nécessité 6 mois de travail ! ». Il avait passé le week-end à travailler sur un fuselage de planeur.

Ah oui, déjà on était bien plus près de François Pignon que de Sébastien de Valmont.

Pour un peu, j’aurais crié au fake.

4 commentaires

  1. K dit :

    Ce que je trouve marrant c’est que tu as 76% de compatibilité avec cet homme.
    Finalement en nous le faisant découvrir, tu te découvres aussi un peu.
    ;o)

  2. Martin dit :

    Tu veux dire, K, que Cinn aurait des traits de François Pignon insoupçonnés ? Moi, j’en suis tout de même à me poser quelques questions quant à la méthodologie employée sur l’évaluation de la compatibilité… 😉

  3. Cinn dit :

    76% de compatibilité, c’est peut-être aussi 24% d’incompatibilités parfois très importantes ?
    Je crois en effet que le test Parship est pour le moins incomplet : il ne tient pas compte par exemple de la manière de communiquer, la manière d’approcher l’autre. J’avais déjà remarqué la chose il y a deux ans : Un petit 70% a suffi à bien s’entendre là où le courant ne passait pas avec les 80-85%.
    Et qui pourrait jurer que je n’ai aucun point commun avec un François Pignon ? « On est toujours le con de quelqu’un d’autre« …

  4. La souris blonde dit :

    Mais c’est très simple, c’est un GSNALF :
    http://alanoix.over-blog.com/article-3457770-6.html

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.