Parfum d’ambiance

Quand je suis arrivée chez Lherbe & Pluverte, on m’a assuré que le service dans lequel je travaille était le plus sympa de la boîte.  Une vraie petite famille qui n’était pas sans rappeler le pays des Toupoutous. Les autres, c’est rien qu’une jungle sans pitié, que des gens qui se tirent dans les pattes en permanence.

Bien. J’applaudis. Quelle chance j’ai eue. S’il y a une chose que je ne supporte pas au travail, c’est une ambiance pourrie.

Entretien de fin de période d’essai (pour m’annoncer qu’on la renouvelle).

Il apparaît ceci : une personne du service, avec qui je n’ai pas l’occasion de travailler, et avec qui je n’ai pas échangé trois mots (à part bonjour et bonsoir) a constaté que mon Iphone était « très présent » sur mon bureau. Avec des écouteurs.

M’a t’elle posé la question « tiens, quel engin bizarre, que fait-il dans votre environnement de travail? » … Je lui aurais peut-être répondu que je garde en permanence les écouteurs sur mon téléphone (enfin, sur ce qui reste un téléphone malgré ses, heu, nombreuses autres possibilités) et que mon téléphone est sur mon bureau, car s’il est dans mon sac, je n’entends ni les sonneries, ni les alertes de mon agenda.

Non. Elle est allée dire à mes chefs que j’écoutais de la musique au bureau. Ce qui était complètement faux.

Quand on m’a enfin rapporté ce « détail qui n’en est pas un » (sic), j’ai enfin eu l’occasion de préciser les choses. J’ai ajouté, complètement inconsciente,  que certaines personnes aiment bien travailler en musique, même si ce n ‘était pas mon cas actuellement (je partage un bureau, donc je pense que cela ne me plairait pas).

Mes chefs ont fait la même grimace en même temps. Non, ça ne passerait pas, ce n’était pas le genre de la maison, ça donnerait une mauvaise image. Mais on n’était pas là pour me fliquer, hein.

J’ose pas imaginer les autres services.

7 commentaires

  1. K dit :

    Houaou quel horreur !!!
    Ou alors j’ai une chance énorme de travailler dans un environnement où cela ne viendrait à l’idée de personne d’aller pleurnicher car quelqu’un a eu l’impolitesse d’écouter de la musique en travaillant.

    Tain que des personnes comme ca existent, ça me laisse perplexe.

  2. kaliuccia dit :

    Ah ok. Genre de collègue que j’adore. Me rappelle une de mes collègues qui notait l’heure d’arrivée et de départ d’une autre de mes collègues …
    Ces personnes, on a presque envie de leur demander « et sinon ? vous faites quoi dans la vie ? »
    bon courage

  3. Cinn dit :

    K : ce qui me gêne en l’occurrence, c’était surtout la surinterprétation sauvage à partir d’un truc observé à la va-vite, et répété, et déformé, et qui vous revient à la figure en faisant de gros dégâts… on laisse traîner son téléphone sur son bureau, et on est une feignasse désinvolte et asociale. D’après ce que j’entends, on est aussi une briseuse de ménage dès qu’on déjeune avec un collègue, etc etc.

    Kaliuccia : Je pense que ce n’est pas la seule de mes chers amis bisounours à être capable de ce genre de radio moquette. Finalement, c’est surtout moi qui n’étais pas adaptée à un milieu où tout est observé maladivement et où l’image (déformée) a une très grande importance. Certes, ça ne donne pas envie de rester des années à ce poste, mais c’est une sorte de défi sociologique aussi, non ? Ca serait dommage d’être incapable de comprendre ce genre de communication…

  4. ralphy dit :

    Impressionnant. Pendant des années, je me suis baladé avec des écouteurs aux oreilles au bureau et on trouvait ça plutôt amusant de voir ces écouteurs dépasser de sous mon t-shirt.

    Super ambiance !…

    Et au fait, en quoi est-ce un mal d’écouter de la musique pendant que l’on travaille ? Surtout si l’on est plus efficace ?

  5. Cinn dit :

    Ralphy : Alors pour ceux qui n’ont pas suivi, je rappelle : écouter de la musique, ou avoir le matériel pour, c’est non seulement ne pas prendre son travail au sérieux, mais aussi être totalement asocial. Et puis, surtout, le plus important, c’est que ça donne une mauvaise image, et il vaut mieux travailler moins bien et ne pas avoir une mauvaise image.

  6. Alyssa dit :

    en même temps grâce à cet incident tu sais au moins maintenant a qui tu as affaire et tu peux commencer à te méfier. moi ce n’est qu’au bout de 20 ans que j’ai découvert que la charmante collègue super sympa a qui je confiais tout, se faisait un plaisir de raconter toute ma vie à tout le monde derrière mon dos et surtout en donnant des détails croustillants à mes pires ennemies !

  7. Cinn dit :

    > Alyssa : Charmant…..:(

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.