Explosif

Il y a quelques jours, vers onze heures du matin, une alerte  à la bombe a eu lieu dans l’immeuble où je travaille.

C’est peut-être là, en potentiel danger de mort, qu’une très légère tendance geekette s’est trahie chez moi.

Lorsque j’ai eu connaissance de l’alerte (un type qui a sonné à la porte pour prévenir),  il m’a paru évident qu’il fallait prévenir tout le monde, très vite. Après tout, le propre d’une alerte à la bombe, c’est que ça risque d’exploser (ou pas), et que c’est très mauvais pour la santé de se trouver sous un immeuble qui fait boum.

Les minutes étaient peut-être comptées. Comment prévenir tout le monde très rapidement,  potentiellement plus rapidement qu’en commençant dès maintenant un tour des bureaux ?

….J’ai envoyé  un e-mail d’évacuation à tout le service.  Titre : « Alerte à la bombe ». Corps de texte : « Il faut évacuer l’immeuble« . Destinataires : Tout le monde. J’ai même pensé au niveau de priorité « urgent ».

J’étais sûre d’atteindre très rapidement une grande partie de mes collègues.  En tout cas, ceux qui ne consultaient pas leurs e-mails en temps réel (les sots!) seraient rapidement avertis par les autres. Et puis après tout, il y aurait forcément un serre-file pour vérifier que tout le monde était bien sorti. Je ne sais plus qui c’est, mais en tout cas, pas Djeunette.

Le fait est que ça  a marché. L’e-mail à peine envoyé, j’ai ébauché un tour des bureaux, pour me rendre compte que tout le monde était déjà en train de remonter le long du couloir vers la sortie.

Enfin bref,  mon choix était tout à fait rationnel. C’est du moins ce qu’aurait dû comprendre le petit stagiaire qui a déclaré en rigolant qu’il allait conserver mon e-mail pour l’encadrer. Pffff.  Jaloux de mon sang-froid, va. Quelle ingratitude, quand je pense que je lui avais peut-être sauvé la vie.

Tout le monde s’est retrouvé dans la rue. L’immeuble a été encerclé par la police, la rue bloquée, le trafic interrompu le temps que l’on vérifie si vraiment, une bombe était cachée quelque part. Comme ça n’a duré que deux heures (pile poil de quoi allonger l’heure de déjeuner), j’ai tendance à douter du sérieux du danger.

…….

Il reste que d’aucuns, que nous ne nommerons pas pour préserver leur anonymat, ont eu une explication tout à fait galante sur la raison pour laquelle l’alerte à la bombe a eu lieu justement dans les locaux où je me trouvais.

2 commentaires

  1. Letesle dit :

    Il n’y a pas de sirène d’alarme dans ton immeuble ? Ca ne me paraît pas normal… Je pensais que dans tous les bureaux il devait y avoir un signal d’évacuation. Ca dépend peut-être de la taille des locaux. Enfin, bien joué en tout cas Cinn, la sauveuse de la boîte 🙂

  2. Cinn dit :

    Oui, il y avait bien une sirène d’alarme. Trop discrète pour être vraiment remarquée hors contexte, mais assez audible pour donner un fond de crédibilité à un quidam qui sonne à la porte pour vous dire qu’il y a peut-être une bombe dans les parages.

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.