Reprise

Je n’ai jamais vraiment dit au revoir, je n’en avais pas l’intention d’ailleurs. Mais le temps passe si vite, et plus on attend, plus c’est difficile de reprendre.

Ce sont les premiers pas qui sont les plus difficiles. Décider qu’on y va. Ressortir tout cet attirail, qui a dormi sagement dans un placard depuis des semaines, des mois. T shirt, soutien-gorge de la mort qui tue, caleçon, chaussures, cardio. Haut les coeurs, attention les vélos, cette fois c’est la bonne.

Et puis se mettre en route. Les sensations sont là, il n’y a aucun doute, j’aime toujours ça, ouf. Mais comme c’est dur cette fois ! Au bout de dix, quinze minutes, mon souffle est court. Pourtant c’est bizarre, j’étais bien entraînée il n’y a pas si longtemps. Pourquoi je suis redevenue une serpillière sur pattes ?  Quand est-ce que j’ai fait savoir à mon corps que c’était pas la peine de garder tous ces muscles inutiles, qu’on pouvait les remplacer par du tout mou ?  Il est où, le coeur que j’avais quand j’ai couru la Parisienne l’an dernier, hein ?

Oui, parce que je vous l’ai pas dit, mais je vais me réinscrire. Oui, je sais, l’organisation m’avait déçue l’an dernier. Mais j’étais contente quand même, et, dans l’enthousiasme d’une course tout juste terminée, j’ai fait ma maligne au boulot en pensant tout haut que ce serait sympa si on faisait une équipe dans ma boîte. Et je vous le donne en mille : ces bougresses m’ont pris au mot et ont fait du prosélytisme pour embaucher les collègues. Résultat : pas moyen de reculer, on est tout juste dix, et si l’une d’entre nous (suivez mon regard) se dégonflait, c’est toute l’équipe qui ne peut plus être dans le classement.

Donc ce n’est plus seulement une bonne résolution de me remettre à courir pendant que les enfants sont en vacances. Il y a un objectif dans un mois et demi.

Pour le blog, il y a des analogies, sauf qu’avec un blog on ne risque jamais de faire le double du temps d’une collègue qu’on n’aime pas.

4 commentaires

  1. K dit :

    Entrainement

    Pas de souci, si tu avais l’habitude de courir il y a encore quelques mois, les bonnes sensations devraient revenir après quelques séances d’entrainement.

  2. ralphy dit :

    En effet, la honte de faire une course avec le double du temps qu’une collègue que l’on n’apprécie pas et qui passera ainsi tout le temps qu’on aura perdu à dire du mal de soi (ou alors on aura passé l’occasion de dire du mal d’elle durant qu’elle essaye de finir la course !)

  3. Jerry dit :

    Non, mais par contre, sur un blog, tu peux très bien faire le dixième (voire le centième) de la fréquentation d’une blogueuse que tu n’apprécies pas. Or sait-on jamais, c’est peut-être une de tes collègues?

  4. Cinn dit :

    K : Merci, merci, j’espère que c’est vrai. Ralphy : Si j’arrive avant elle, ça me laisse aussi du temps de déblatérer sournoisement sur elle juste après la course (« Tiens, elle n’est toujours pas arrivée ? Je croyais pourtant qu’elle courait bien? ») Jerry : Très juste !

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.