Mort d’un fantasme

boydJ’ai un aveu à vous faire. Celui sans qui je serais peut-être homosexuelle à l’heure qu’il est, vient de mourir. Bon, d’accord, sur la fin, il n’était pas très sympathique. Non, vraiment pas. Ultraconservateur et ultralibéral. Antisémite. Homophobe. Président du lobby des armes à feu. Raciste. Il y a plus avenant, comme profil. On est tenté de mettre une partie de tout ça sur le compte de sa maladie d’Alzheimer ? Ce n’est certes pas donné à tout le monde de bien vieillir, mais là… brrrr… Oui mais voilà : Rendons à Charlton ce qui est à Charlton. Avant lui, je préférais les filles. Ne me demandez pas quel âge j’avais, mais c’est au beau milieu de "Ben Hur" que je me suis littéralement rendue compte, non sans une certaine surprise,  que oui, un garçon, ça pouvait aussi être agréable à regarder. Merci Charlton ?

Et à part ça, on est en avril et il a neigé. Tout était blanc ce matin. Surprenant et ravissant..

9 commentaires

  1. personne dit :

    Alors tu savoureras l’ironie qui veut que la symbolique scène de Ben Hur qui illustre ton article, a été tournée avec tout plein de sous-entendus homosexuels… sans en prévenir explicitement Charlton d’ailleurs, afin de ne pas meurtrir sa douce sensibilité. Cela dit, son meilleur rôle, c’est dans « Touch of evil », en ce qui me concerne. Je veux dire, sans ça, je le confondrais toujours un peu avec Charles Bronson.

  2. Cinn dit :

    > personne : Je n’ai pas vu « Touch of Evil ». Quant à la photo, elle a bien évidemment été choisie en connaissance de cause…!

  3. Cinn dit :

    Petites précisions, donc, sur cette scène : selon Gore Vidal (mais seulement selon lui, si l’on en croit Wikipédia), le réalisateur William Wyler aurait accepté de diriger Stephen Boyd de manière à montrer que son personnage, Messala, était en réalité amoureux de Ben Hur. Mais sans le dire à Charlton, évidemment. Un regard un peu différent, des gestes qui s’attardent, quelques phrases à double sens sur l’amour de la Judée pour l’empereur Romain ou la proximité des lances des deux hommes… c’est fou ce qu’on peut faire passer en dépit de la censure.

  4. K dit :

    Ah tu étais déjà née en 1959. Mazette !

  5. Orson dit :

    Je comprend mieux

    Le fait d’avoir lu ton post, m’a fait comprendre pourquoi je n’aimais pas ce type, malsain à mon gout. « Ben Hur », => Homosexuel sans s’en rendre compte « La planète des singes » où il passe son temps torse nu et en sueur => Zoophile, Homosexuel « Soleil vert » => Fasciste « Les 10 commandements » => Apotre biblique Nous avons un personnage interessant : soit gay refoulé, soit complètement con. vu son gout pour les armes et la peine de mort, je vote pour la seconde solution.

  6. ralphy dit :

    Homosexuelle ?

    Note que tu peux toujours tenter de trouver des amis disposant d’une caméra, ou à la limite d’une webcam, pour tourner un remake de Ben Hur, genre Bennie Hurle, où tu diriges un char d’étalons, et tu dois faire face à des allusions des plus suggestives de la part de tes copines ! 😉 L’histoire ne nous dit pas, en revanche, si tu as concrétisé avec une fille ou pas.

  7. Cinn dit :

    > K : Un peu de respect pour ton aînée je te prie. Dans la Bible, Saraï a bien été enceinte à 90 ans, il y a donc des précédents. > Orson : Il paraît que les homophobes les plus furieux sont en fait des homosexuels refoulés. Mais je ne comprends pas très bien ta liste : comment peut-on tirer d’un rôle tenu par un acteur, une quelconque conclusion sur le caractère dudit acteur ? Je ne pense pas que Anthony Hopkins soit cannibale ou nazi dans la vraie vie. Evidemment, dans le cas de Charlton Heston, il y a un copieux décalage entre les valeurs (plutôt humanistes) défendues par les films qu’il a tourné, et ses valeurs personnelles, et ça, c’est plutôt triste, je trouve. > Ralphy : Dans ton projet de remake, tu oublies la scène où tout le monde est enchaîné sur la galère : un beau passage SM en perspective !

  8. Orson dit :

    Stop the list

    OK ! à la relecture de mes écrits, je m’aperçois que j’ai fait des raccourcis, un peu trop primaire. Je vais donc essayé de donner une explication plus claire de mon raisonnement. Je comprend très bien que tes premiers émois ce sont fait sur la plastique de ce belatre. Je reconnais que ce fut un grand acteur, mais je me refuse à oublier que cet individu, était homophobe, adepte des armes et de la peine de mort. Je n’apprécie pas qu’il est profité de son status pour faire passer un message fasciste.

  9. Cinn dit :

    Film vert

    > Orson : ce n’est pas parce qu’on montre un monde affreux dans un film qu’on est d’accord pour encourager ce type de monde affreux! Si « Soleil Vert » est un film fasciste, alors « La Liste de Schindler » est nazi?! Mais non, c’est un film qui montre une société où l’environnement a été détruit, et où regarder un film banal où nagent des petits poissons relève du paradis artificiel! Le message subliminal est donc écolo : « faites gaffe à ne pas détruire Mère Nature pour ne jamais en arriver là »! (…Grand Dieu…comment j’ai pu en arriver à un sérieux pareil après avoir commis un billet futile de midinette sur la musculature et le regard bleu à tomber de Charlton???…. )

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.