Initials B.B.C.

Qui sait que les bébés Cadum existent encore ?

C’est étonnant comme certaines choses changent et d’autres pas. Attention, séquence nostalgie pour les trenta-, voire quarantenaires.

bebecadum1912Quand j’étais petite, dans les cours d’école, il existait une chanson, aux paroles extrêmement décousues et une chorégraphie incorporée , qui commençait comme ça :

« A veli, veli, veli, velo, Partons pour le Congo (psch, psch), ce sera rigolo (ha, ha!), de voir les petites négresses (négresses), Jouer avec leurs tresses (leurs tresses!)... »

J’ai découvert récemment (mais je ne suis l’actualité musicale qu’avec environ dix ans de retard, minimum) que cette chanson existait encore… sauf qu’elle a un peu changé : le Congo est devenu Chicago, les négresses sont devenues des princesses. Certes, le sens existentiel de la chanson n’est pas bouleversé, en ce sens qu’elle n’en avait pas tellement (à part de permettre aux gamins de faire « psch, psch » en agitant les pouces).

Idem avec une autre chanson, que mes demi-clones ont appris presque à l’identique à trente ans d’intervalle : « Un jour dans sa cabane / Un tout petit petit négro / jouait de la guitare... », devenu « .Un jour dans sa cabane / un tout petit petit bonhomme ... ».

Qui a décidé un beau jour qu’il fallait censurer les chansons de maternelle, dans l’espoir peut-être d’avoir une société moins raesquisse-bbciste ?…. Mais c’est logique. Les cours d’école n’ont d’autre mémoire que celle des enfants les plus grands. Donc l’information passée en cours de récré met moins de trois ans à être transmise à une génération future.  Au bout de trois ans d’usage, il n’y a plus d’archives.

En tout cas, les bébés Cadums sont restés.

Il semble que Cadum soit la première marque à avoir l’idée de choisir un bébé comme emblème.  En 1912 !!!

Sauf erreur de ma part, les publicités, du moins télévisées des années 70, pour Cadum, qui représentaient un bébé, ont disparu depuis belle lurette. Je me souviens d’une où une maman dorlotait son bébé enveloppé dans une serviette en l’appelant « mon bébé Cadum ». Vu le côté assez ringard du scénario, je ne devais pas être très vieille quand j’ai vu ce grand moment de télévision.

bebecadum20091De génération en génération, depuis une trentaine d’années au moins, les gamins des écoles se traitent de bébé Cadum. Et c’est une insulte suprême : un enfant qui est un bébé cadum, si j’ai bien compris, c’est non seulement un bébé, mais qu’il est au summum de toutes les tares des bébés : il a besoin de sa maman (alors que quand on est en moyenne section de maternelle, on n’a plus besoin de sa maman, on est quasiment un homme), il est surprotégé, il est cajolé, et parfois, il pleure (la honte!).

Vous savez qu’il y a une élection du bébé Cadum tous les ans, depuis les années 1920 ?

Vous savez que le bébé Cadum 2009 s’appelle Maï-Anna et est métisse ?

Après tout, ça sert peut-être à quelque chose, de changer les paroles des chansons de maternelle ?

4 commentaires

  1. ralphy dit :

    J’ai demandé à mes neveux. Et le grand semble avoir oublié ce terme, depuis qu’il est en classe préparatoire. Le petit, en revanche, encore en classe de maternelle, confirme qu’un « bébé cadum » est bel et bien un bébé à sa maman.

  2. Cinn dit :

    > Ralphy : J’imagine en effet difficilement des élèves de classe prépa se traiter mutuellement de bébé cadum.
    Mais peut-être ton neveu n’est-il encore qu’au « cours » préparatoire ?
    Allez hop, bonnet d’âne et au coin !

  3. ralphy dit :

    Oups ! En effet, c’est bien un « cours préparatoire » qu’il fréquente…

  4. Natacha dit :

    Et moi qui m’étais retenue de commenter le commentaire de ralphy, parce que je croyais avoir l’esprit corrompu par mes classes préparatoires post-bac’… alors qu’en fait j’étais aussi fourvoyée sur l’interprétation du CP /o\

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.