Je n’aime pas les gens sympa

Ralphy brossait récemment le portrait d’un « type sympa : » (titre autodécerné) : un garçon qui doit se marier prochainement et dont la fiancée, enceinte, était donc « hors d’usage » (sic). Il en profitait pour passer des annonces sur son blog afin de pouvoir tout de même « se calmer » (sic) :

– une première annonce destinée à une femme hétérosexuelle, et qui ne jugerait pas les gens selon leur couleur, taille, physique, statut social, ou la taille de leur sexe. (là, si on lit un peu entre les lignes, on  doit avoir le portrait de l’auteur, nan?),

– une seconde, destinée aux couples hétéros, en vue d’un plan à trois, sur le même principe.

– une troisième, destinée à deux copines, ou deux femmes seules qui ne se connaissent pas. Mais ne vous inquiétez pas, hein, on n’est pas des bêtes, on causera quand même un peu avant.

………………..

Bon, je n’ai pas tout lu, peut-être que sa chérie lit son blog et est d’accord pour tout ça, il faut de tout pour faire un monde, ….mais si ce n’est pas le cas, je le trouve moyennement fréquentable, ce garçon.

C’est surtout sur un détail que je rebondis. Le « sympa« .

C’est bizarre, ce terme « sympa » (« cordial; joli, agréable; qui attire la sympathie ; sympathie : penchant instinctif qui attire les personnes les unes vers les autres, ou bien accord avec le sentiment d’autrui, pouvoir que nous avons de participer aux peines et aux plaisirs les uns des autres » selon le Wiktionnaire). Quand je le dis de quelqu’un d’autre (en général précédé d’un « vraiment » ou « très » sobre, mais éloquent), ça veut dire que mon appréciation globale de la personne que je viens de rencontrer est incontestablement positive, que j’ai un aperçu de certaines qualités de la personne, que j’éprouve une estime appréciable à son égard, et le cas échéant que je souhaite vivement la connaître.

Et pourtant, je n’aime en général pas les gens « sympa« . J’entends par là, les gens qui se déclarent sympa tout seuls comme des grands.

Pour se décerner le titre de sympa, nul besoin de vertus au sens classique. Nul besoin de posséder bravoure, honneur, tempérance, justice, discipline, honnêteté (je choisis exprès les plus has-been), bref, des qualités précises. C’est vraiment très commode ce mot là. Je vous explique le principe : Il vous suffit d’avoir un ou plusieurs échange(s) avec un ou plusieurs ami(s), ou connaissance(s), ou éventuellement commerçants, guichetiers ou livreurs, échanges que vous trouverez plutôt agréables. Si vous allez très loin dans la réflexion, vous en venez même à vous dire que si ça se trouve, votre (vos) interlocuteur(s) apprécient eux aussi, de leur côté, ces échanges.

Ca y est, vous avez gagné. Vous êtes un type sympa. Vous n’avez plus à vous soucier d’une quelconque cohérence entre vos actes, vous n’avez plus à avoir de doutes sur votre valeur personnelle. La vie est belle. Vous pouvez même vous lancer sur Meatix, si vous le souhaitez.

(C’est un détail, mais le garçon sympa n’a pas eu de réponses à son annonce. On peut être sympa et avoir un karma pourri.).

9 commentaires

  1. Epp dit :

    D’après ta définition, j’ai été un gars super « sympa » aujourd’hui … J’adore ta dernière phrase 🙂

  2. Jisse dit :

    Résultat des annonces !

    Par curiosité j’ai été voir le blog du type sympa : il n’a eu (c’est étonnant) aucune réponse à ses annonces : http://tessa.over-blog.fr/article-22043992.html

  3. Natacha dit :

    Il y a des qualités comme ça que l’on ne peut décemment pas se donner. On peut se regarder le nombril, sa petite vie et ses propres façons de faire, et faire une analyse objective pour se trouver des qualités comme la rigueur ou l’honnêteté (ce sont des exemples de qualités que je m’attribue par une telle analyse). Il est de notoriété publique que j’ai une tendance marquée à l’autodévalorisation, parce que je refuse de m’attribuer toute seule certaines qualités, par exemple la beauté ou l’intelligence. S’il est vrai que je pousse sûrement trop à l’extrême ce refus de l’auto-attribution, il y a sans doute des gens qui sont dans l’extrême inverse. Je pense que c’est le cas de ces « gens sympa ».

  4. boulet dit :

    Pas sympa

    Oh, moi, ces temps-ci, je ne suis pas un gars sympa. Mais je n’ai pas l’impression que se détacher dudit individu sympa soit un bon signe dans mon cas… :-/

  5. Mick dit :

    Me faire de la pub et augmenter mes stats de visites c’est trop … sympa ! Si tu avais pris la peine de lire plus d’articles (mais bon je ne peux pas te le reprocher t’as surement autre chose à faire et c’est normal) tu verras qu’ailleurs je me qualifie aussi de monstre. Donc oui je suis un pourri qui pense surtout à sa gueule et qui trompe sa femme (pas que quand elle est enceinte d’ailleurs), mais sympa. L’un n’empêche pas l’autre. Sans rancune !

  6. Jerry dit :

    @Natacha: Oui, mais quels sont les critères pour être sûr que l’analyse objective visant à s’auto-attribuer des qualités comme la rigueur et l’objectivité a été faite en toute rigueur et objectivité? Les « gens sympas », sans doute, ils se trouvent objectivement sympa, et sans doute s’attribuent-ils beaucoup de rigueur et d’objectivité dans leur jugement… C’est seulement de l’extérieur qu’on peur dire qu’ils ont une objectivité super pourrie, voilà. Puisque le propre de l’incohérence est de ne pas pouvoir saisir sa propre incohérence. (c’était ma contribution « pas sympa » du jour ;-))

  7. Kaliuccia dit :

    Pffffffffff j’ai presque envie que ce soit une blague qu’il fait. Tellement je trouve ça tout petit petit.

  8. Cinn dit :

    > EPP, boulet : Merci de rejoindre la grande confrérie des sympa 🙂 Mais je suis sûre que vous êtes plus que cela ! > Natacha, Jerry : Merci pour vos contributions au débat, je n’en attendais pas tant ! Le souci avec cette qualité de « sympa », c’est qu’elle peut être mise à toutes les sauces… et donc qu’elle n’a pas grand chose d’objectif (à moins d’être fréquemment attribuée par autrui?). > Mick : Quoi, quoi, moi, avec un seul pauvre lien laissé par un commentateur, j’ai fait exploser tes statistiques ? Avec mes stats au ras des pâquerettes ? Mais alors je suis une bloggeuse influente !! Bon, accessoirement, tu dis aussi que je suis « sympa ». Là, c’est la cata. Owned, comme dirait Natacha. Achevez-moi. Sur ce « l’un n’empêche pas l’autre ». Tout dépend de la méthode utilisée pour décider qu’on est sympa (ou qu’on est un monstre). Et c’est vrai, il y a des monstres gentils (dans « l’île aux enfants » par exemple). > Kaliuccia : Qui sait, en effet !…..

  9. wysiwyg dit :

    Objection objective

    Et bien moi j’ai un sympathomètre à la maison. Cela résout tous mes problèmes d’évaluation de la sympathie. Je l’ai étalonné sur moi et j’ai réglé sur SUPER SYMPA.

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.