Connectus interruptus

Eclair de génie. J’ai compris pourquoi tant le monde se connecte du boulot.

Ils sont comme moi. Ils ont une connexion pourrie chez eux.

La mienne, de connection, a des caprices de diva. Le pire, c’est quand on n’est pas bien sûre si ‘elle est interrompue ou non. Tout mouline interminablement, puis, miracle ! Une fenêtre s’affiche, imparfaitement certes, mais prouvant incontestablement qu’une poignée d’octets ont réussi à passer à travers les mailles de la "Toile". Mais c’est pour mieux continuer à mouliner tout en m’empêchant de me décourager complètement.

Je soupçonne le personnel de mon fournisseur d’accès (qui restera anonyme, je ne vais pas faire ma cafteuse, mais ça commence par un O et c’est un nom de couleur) de  me couper volontairement l’accès au net plus ou moins aléatoirement, par pur sadisme et parce qu’ils s’ennuient au boulot. Peut-être même ont-ils réussi à allumer ma webcam à mon insu pour surveiller mes réactions. Autant dire que personne ne fait rien au travail alors ?

A côté de ça, il y a une blonde en robe noire qui me drague. Mais les pixels sont-ils vraiment plus verts ailleurs ?

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.