Més-aventures

J’ai revu un ex hier, complètement par hasard.

C’était dans le train qui me ramenait chez moi ; j’étais debout au milieu d’un couloir, et tout à coup un des types assis juste à côté m’a paru très familier. Deux ou trois coups d’oeil furtifs plus tard (d’ailleurs il y avait aussi des coups d’oeil de sa part), j’étais à peu près sûre que c’était lui. Quelques semaines, au millénaire dernier… Je l’ai revu, mais je ne lui ai pas reparlé. Je n’avais vraiment, mais alors vraiment rien à lui dire. Car il était plutôt du genre crapaud, pas transformable en prince charmant. Certes, il avait de jolis yeux bleustoad et un sourire agréable, mais j’ai beau me creuser la tête, je ne vois pas ce que je pouvais bien lui trouver d’autre. Je ne me rappelle pas que sa conversation ait été particulièrement intelligente ni son humour particulièrement fin. Il conduisait trop vite, aimait se faire mousser et était en retard aux rendez-vous. Je devais vraiment n’avoir rien d’autre à faire pour m’être laissée draguer par un personnage pareil. Parfois on se sent si seul Mais dans le fond, tout le monde est seul C’est pas con tacheJ’étais allée de surprise en surprise. Déjà, je me suis vite aperçue qu’il m’avait menti sur son âge (un des mensonges les plus grotesques qui soient, à mon avis).  En plus, pas très malin le garçon. Non seulement il présente sous mes yeux à quelqu’un sa carte d’identité, histoire que je puisse bien m’apercevoir de la supercherie, mais en plus il m’invite à fêter son anniversaire avec quelques amis et collègues…    Pourquoi j’ai dit oui Oui oui oui Pourquoi j’ai pas dit non non non non Sexuellement, c’était une catastrophe. Les deux tentatives que nous avons eues de ce côté là se sont heurtées à un double handicap de sa part (pardon pour la private joke, mais Sun saura très vite deviner de quoi il s’agit). J’ai vite soupçonné que ce personnage prenait beaucoup plus son plaisir à essayer de me faire languir qu’à réellement passer à l’acte. Ca s’appelle un pervers (n’est-ce pas, Ralphy?). J’ai fait l’amour sans un frisson Un con testable Pour couronner le tout, il a essayé de me tromper avec une autre fille.Enfin, il y en a peut-être eu plus que ça (en fait, j’en suis presque sûre, car plusieurs détails m’ont mis la puce à l’oreille là dessus). Mais là, il a été doublement malchanceux : d’une part, il a pris un rateau, et d’autre part, il est tombé sur la copine d’une copine, et du coup c’est rapidement remonté à mes oreilles. Bye bye, jeune homme!   Mais commence à sortir! Mon Dieu faites qu’il se tire! C’est là que ça s’est corsé. Déclarant qu’il m’aimait, il a déclaré qu’il viendrait chez moi et enfoncerait la porte si je ne lui ouvrais pas (mais a changé d’avis quand je lui ai dit que dans cette éventualité, j’appellerais la police). boulet

J’ai eu droit à quelques coups de fils anonymes au milieu de la nuit. Sauf qu’avec l’affichage du numéro, c’est difficile de passer un appel réellement anonyme. Et de toute façon, je me rendormais très facilement après. J’ai déménagé peu après, et donc changé de numéro de téléphone, et plus jamais entendu parler de lui. Il faut dire qu’à l’époque, je n’avais ni adresse e-mail, ni téléphone portable, ni accès à Internet, donc il était nettement plus ardu de me retrouver une fois que j’ai changé d’adresse et disparu de l’annuaire. Comment tu t’appelles déjà ? J’sais plus, j’sais pas Surtout me rappelle pas Me rappelle pas ! Entretemps, j’avais rencontré un prince charmant, mais c’est une autre histoire. Vous voyez un peu le tableau. Il doit y avoir des dizaines de personnes que je n’ai pas revues depuis longtemps mais que j’aurais eu plaisir à retrouver par hasard. Histoire de prendre des nouvelles. Là, il fallait que je tombe sur LE boulet à qui rien ne me donnait envie de parler et dont les nouvelles m’étaient, avouons-le, passablement indifférentes. Beaucoup d’eau avait coulé sous les ponts, mais je ne voyais pas pour autant le moindre intérêt, le moindre plaisir à lui parler. J’ose juste espérer qu’il est un peu moins crétin aujourd’hui (et que moi aussi). En plus, il est descendu juste avant ma station. Merde! Si ça se trouve, on est voisins ?

Et vous, avez-vous connu une ou plusieurs "erreurs de jeunesse" ?

(les vers sont d’Adrienne Pauly : "J’ai fait l’amour avec un con")

3 commentaires

  1. La souris blonde dit :

    Mais c’est une véritable collection de cons à lui tout seul, ce garçon, dis-moi… En ce qui concerne la mienne, de collection, un certain nombre de pièces figurent à l’inventaire des Dragueurs à la noix… Quant aux autres, j’espère un jour pouvoir les raconter avec autant de sain mépris que tu le fais!

  2. Natacha dit :

    Ben finalement, même quand ce n’est pas moi qui écris, j’aime bien le texte d’ambiance en alternance avec le texte de l’article. Reste plus qu’à déterminer combien de personnes partagent ce sentiment. Pour ce qui est de la question finale de l’article, je répondrai amèrement par : « Quelle jeunesse ? »

  3. K dit :

    Aucune erreur. Je regrette justement de ne pas avoir eu l’opportunité de faire quelques erreurs. Vaut mieux ça que de ne rien vivre.

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.