Cassandre en godillots

Prenez une annonce de grève un peu corsée.

Viens_chez_moiIncorporez une mère de famille qui a l’habitude d’aller au bureau, et presque à temps plein en plus. Une légère tendance à se noyer dans un verre d’eau, mais qui a la chance d’avoir une solution de secours sous la forme d’une personne proche qui a eu la générosité de la laisser squatter chez elle : il a suffi d’alterner depuis trois semaines entre : 1) regard du Chat Potté, 2) culpabilisation ("si tu ne m’aides pas, je risque de me faire virer et de me retrouver à la rue avec deux bouches à nourrir") et 3) menaces voilées ("Si tu ne m’aides pas, je te conseille la lecture de l‘article 222-13 du Code Pénal, ça peut toujours servir"). La chance aussi de pouvoir confier les enfants à leurs grands-parents quelque temps.equipment

Vous obtenez un sentiment bizarre, entre la veillée d’armes et le départ en vacances. Il y a ce sentiment d’inconnu, de situation exceptionnelle qui commence sans qu’on sache quand ni comment elle va finir. Et si c’était reparti comme il y a douze ans?…

Ne pas savoir quand on va revoir ses enfants, quand on va rentrer chez soi, ni comment on va se déplacer si on a l’idée saugrenue de s’éloigner de son lieu de travail, pour partir en week-end par exemple. Et cette logistique bizarre de faire ses bagages comme pour partir en vacances, alors qu’en fait on va au boulot comme d’hab. Comme en vacances, sauf que le contenu du sac change un peu (on peut laisser à la maison crème solaire et maillot de bain, et on ajoute une paire d’escarpins et des tenues de bural, plus des chaussures de sport pour faire les trajets entre mon squat chez ma bienfaitrice et mon travail). C’est ça ou les congés sans solde à durée indéterminée, très périlleux pour le porte-monnaie…

Peut-être que je mets en branle l’arsenal de guerre pour pas grand chose ? Si seulement…

Et vous, comment envisagez-vous les jours (ou semaines, nyark nyark) qui viennent ?

2 commentaires

  1. Alyssa dit :

    ben … euh … comment dire … moi je suis à 3 mn à pied de mon boulot …. ok je sors avant de me faire luncher ! (mais je compatis quand même hein !)

  2. Letesle dit :

    je compatis, Alyssa

    Moi je peux faire du « télétravail » : je reste tranquillement chez moi, connectée à distance avec le réseau de ma boîte, et je fais tout comme si j’y étais : coups de fil, mails… Avec juste quelques détails qui changent : au milieu de la journée, je suis allée faire les courses, pour ma pause goûter j’ai préparé une quiche pour le dîner, j’ai fait brûler un peu d’encens pour agrémenter l’ambiance… Bref, c’est cool ! Et je sors à la suite d’Alyssa pour pas me faire lyncher non plus !!

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.