Un prince charmant vous ajoute à sa liste…

On m’avait parlé du phénomène, mais c’est la première fois que je l’observais en réel et en direct. Un quidam qui s’ajoute à la liste msn d’une jeune fille (une collègue que nous appellerons Nath) et qui essaie de la dragouiller.

Je ne sais pas où il avait trouvé son adresse, selon ses dires "sur un mail d’invitation à un site". "Quel site?" a t’elle demandé. "Non, pas un site, un mail d’invitation à un site". Passons.

Nath n’a été ni agressive ni provocatrice ni trop joueuse. Elle s’est juste amusée à lui répondre -sincèrement!- en m’annonçant à l’avance certaines des réponses du séducteur. Visiblement, elle a l’habitude, il faut dire que c’est une ancienne meatix girl (qui a d’ailleurs trouvé l’amour sur Meatix, si j’ai bien compris).

Elle a assisté avec amusement au défilé d’avatars du jeune homme, qui avait manifestement joué la carte de son physique en mettant les unes après les autres des photos de lui torse nu dans différentes postures plus ou moins frimeuses. Pourquoi s’en priver ? Il paraît que les jeunes filles recherchent des princes charmants au QI de mollusque. Elle a su quand il allait lui demander où elle était sur son avatar (elles sont plusieurs jeunes filles sur la photo), et à quel moment il allait lui demander une autre photo d’elle. Elle a lu sans illusions le portrait avantageux qu’il lui faisait de lui-même (Damien, belge, 24 ans, prof de sport qui voyage souvent au Maroc) avant de jeter un oeil sur son profil hotmail (Amin, marocain). Elle n’a pas résisté au plaisir de lui donner des sueurs froides en l’appelant par son vrai nom ("mais… tu es qui??"). Que c’est touchant, il avait oublié qu’il avait rempli un profil.

Elle l’a ensuite gentiment congédié pour retourner au travail (elle était en pause déjeuner au moment du dialogue). Et l’a bloqué. Elle a gagné un quart d’heure de bavardage divertissant et une invitation à lui rendre visite au Maroc.

Mais lui, que cherchait-il donc ? Qu’a t’il gagné à faire la connaissance et essayer de séduire une inconnue qui vit à 2000 km de chez soi, à quoi ça sert ? Ou alors il vise très haut et très loin ? Il espére trouver une princesse charmante qui l’aidera à terme à se procurer un visa avant de l’épouser et de lui faire une douzaine d’enfants ? Il ne croirait pas un peu aux contes de fées, des fois ?

9 commentaires

  1. vol de nuit dit :

    princes et princesses

    Mine de rien tu nous parles pas mal de princes charmants et princesses en ce moment… et tu devines comme je suis sensible à cela… 🙂 Bon, autrement, pas de commentaires sur ces échanges insipides (et hélas calculés et manipulateurs) qu’on peut en effet trouver sur le net…

  2. Mister H dit :

    Technique classique

    tu as tout compris. En l’invitant à voyager, il la fait réver. Pour ta collègue cela n’a pas marché mais sur la quantité de femme esseulée et naive, il trouvera une brave fille qui l’invitera chez elle et lui offrira le passeport tant convoité

  3. La Meule dit :

    Classique

    Il cherche tout simplement un mariage blanc!

  4. Cinn dit :

    La Meule > Un mariage blanc ? Mais alors pourquoi s’intéresser d’aussi près au physique de la future mariée ?

  5. cordelia dit :

    ou alors il voulait l’attirer là bas et la séquestrer pour la faire travailler ! il fait peut être partie d’une secte.

  6. La souris blonde dit :

    Le truc qui fait gloups…

    Ils se discriminent tout seuls comme des grands, maintenant, les dragueurs à la noix ?

  7. Cinn dit :

    Je n’ai pas l’impression qu’il se soit discriminé (se discriminer aurait signifié cesser le contact de lui-même)… il s’est juste « vendu » de la manière la plus éhontée (mais involontairement risible) qui soit.

  8. ralphy dit :

    Conte de fées ?!

    C’est un conte de fées que d’avoir une douzaine d’enfants ?!

  9. Cinn dit :

    > Ralphy : Pour certains, oui, j’en ai peur (le raisonnement étant que s’occuper des enfants est le rôle exclusif de la femme, cela revient à garder une esclave à la maison sans avoir à faire le moindre effort puisqu’elle sera matériellement incapable de se sortir de ce bourbier). De manière moins « noire », quand j’étais petite, je voulais une bonne demi-douzaine d’enfants, au moins. Bizarrement, j’ai changé d’avis. Pas toi ?

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.