Poète pouët

J’avais parlé il y a quelque temps déjà du poète qui sévissait sur Parship, en laissant au talent de la Souris Blonde le soin de faire un commentaire éclairé de ce dragueur poète (elle ne l’a pas encore fait, mais je ne désespère pas). Peut-être se serait-il bien entendu avec son dragueur philosophe (enfin, apprenti philosophe)?

En fait, ce qui m’a frappée chez ce garçon, outre la bizarrerie qui consiste à envoyer un poème à une parfaite inconnue (aborderiez-vous quelqu’un dans la rue en lui déclamant des vers?), c’est que la démarche était exactement la même que celle des autres spammeurs parshipiens : un envoi en masse du même texte (y compris à nombre de femmes qui ne plaisent pas à l’expéditeur, le tri serait par trop fastidieux),  avec le même type de techniques (ne parler que de soi puisqu’on ne s’est pas renseigné sur l’autre…), le tri se faisant tout seul entre les femmes attirées par votre initiative et les autres.

On commence plein de peps, d’exclamations et d’interrogations (la ponctuation est authentique) :

Apprendre à faire la cuisine!!
Et qui fait à manger aux enfants?
C’est juste une petite mise en boîte
Qui suis-je?

ah ah, première étape. Intriguer son public. Déjà, la surprendre : Elle s’aperçoit qu’on fait des vers (enfin, quelque chose qui y ressemble). Des vers
où l’on parle nourritures terrestres et tâches ménagères, non sans s’excuser d’avance (on a eu l’air macho mais ça ne compte pas, c’était pour de rire)
Pis encore, on est fier de les montrer.
Le deuxième couplet éclaircit la question posée à l’instant
On se pose effectivement la question : QUI est donc ce gugusse ?:
Je suis un troubadour
et au son du tambour
je demande avec attention
à l’assistante une consultation

Ca y est, c’est confirmé, c’est écrit noir sur blanc : L’intéressé est un « troubadour », un artiste donc. Et qui aime la musique. (Les médiévalistes qui me lisent me diront si les troubadours jouaient souvent du tambour). Vous en avez de la chance qu’il se soit intéressé à vous!
En plus, il est poli : il s’adresse à votre assistante (la mienne est plutôt virtuelle).
« Sur moi une bonne étoile veille bien
A maintes fois, m’en sors sans rien
Amies j’ai, car à l’écoute je suis
Sagesse j’ai et conseils je produis »

Nous passons à l’autopromotion du candidat. Car le but est
de montrer qu’il vaut la peine qu’on lui adresse un message en retour.
Je comprends bien des deux derniers vers que le prétendant en question
se veut à l’écoute des autres (…surtout des femmes?!?) et est de bon conseil.
Quant aux deux premiers, veulent-ils dire que le monsieur a de la chance
et s’en tire souvent sans une égratignure (sans rien) ou
bien que malgré sa chance, il lui arrive de ne rien tirer d’une situation ? Voilà
des vers bien peu bavards, et qui vous laissent sur votre faim. A vous de lui écrire pour
réclamer des précisions !
Mais achevons, c’est une apothéose. On y discute du rapport entre Sagesse et Bonheur.
On y trouve mention d’une qualité supplémentaire du poète, fort appréciée de la
gent féminine. On y fait le constat que chercher à construire une relation  saine
et solide avec quelqu’un requiert une certaine maturité.
On jette enfin un certain regard sur le monde, non dénué
de mélancolie, mais avec une mesure d’espoir en l’Amour.
.
Et tout ça en moins de vingt-cinq mots, s’il vous plaît :

Bonheur est le plaisir des sages
Humour j’ai et suis en âge
De trouver maintenant ma moitié

Dans cette jungle sans pitié »


THE END

Voici ma réponse :

Poésie ou mailing ? Voilà un messager
Qui ne fleure bon que le copier-coller
Elle vous plaît vraiment? Faites le mieux sentir.
Les mailings en amour, on ne trouve pas pire.

(Au moins, elle est personnalisée).

2 commentaires

  1. K dit :

    Et a-t-il répondu ?
    Ou était-ce trop ardu
    Pour lui de refaire
    Un texte en vers ?

  2. Letesle dit :

    Le SCOOP : Monsieur Jourdain et Maitre Ioda ont eu un fils caché… Et il est poète !
    😀
    Cinn, je suis ravie de ton retour et de tous ces billets !

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.