Flash-Mack

J’ai vu ma vie défiler devant moi.

Enfin, les deux dernières années.

J’ignore pourquoi, mais je crois que mon Mac a buggé.

Pour faire court, ce matin là, je n’arrivais plus à rien faire sur l’écran, alors je me suis dit que le Mac avait planté (ce qui arrive tout de même parfois). Plus précisément, je parvenais à bouger le curseur de la souris, mais aucune action (ouvrir un onglet, fermer une fenêtre, cliquer sur un lien) ne fonctionnait. Avec le recul, je me dis que c’était sans doute juste la souris qui n’arrivait plus à cliquer correctement. Mais comme j’étais à deux minutes de l’heure de départ pour l’école, il fallait abréger.

Bref, j’ai complètement éteint le Mac et j’ai attendu le soir.

Et le soir, il s’est gentiment rallumé comme si de rien n’était, à un menu détail près : pas moyen de se connecter à mon réseau.  Parmi les choses « oubliées » au cours de l’incident, il y avait visiblement 1) les paramètres de connexion, 2) la date et l’heure.

Pour le 2), il a l’habitude de se fier aux infos du Net. Du coup, il avait décidé par défaut qu’on était le 1er janvier 2001.

Après divers essais laborieux pour résoudre le problème de connexion que je vous épargne, et qui ont nécessité un appel à SOS Mac En Panne (Grandbrun doit m’envoyer la facture sous peu), le problème de connexion s’est résolu tout seul, et la date s’est remise à jour.

Non sans un délai de réaction au cours duquel il m’avertissait que les certificats des sites Internet visités n’étaient pas encore valides. Ils ne le seraient pas avant 2008, dans sept ans, puisqu’on était en 2001. Cela ne le perturbait pas outre mesure :  il rendait visite à des sites bizarres qui émettaient des certificats qui seraient valides dans des années ; lui-même, le Macbook, n’était même pas encore sorti de l’usine, ni même conçu. Mais il n’avait guère l’air de se troubler de ce brutal voyage dans le temps..

Le problème, c’est qu’une fois connecté à qui de droit, l’ordi a cru dur comme fer que près de 9 ans venaient de s’écouler en une fraction de seconde.

J’ai donc eu droit à toutes, oui, toutes les alarmes prévues à mon calendrier depuis que je l’utilise, soit environ deux ans. J’ai dû désactiver les unes après les autres toutes les alertes depuis deux ans qui me disaient que Raphaël avait sport (toutes les semaines. Clic, clic, clic), ou piscine (clic), ou que j’avais conseil d’école (clic, clic), ou qu’il y avait réunion de chépakoi (clic), les déjeuners avec Unetelle (clic),  et des trucs saugrenus comme « Emmener bol chez TBT » (clic).

Après avoir cliqué pendant quelques minutes, tout est rentré dans l’ordre.

Mais je vous le dis comme je le pense : les agendas papier, y’a que ça de vrai.

1 commentaire

  1. Natacha dit :

    Comme je le dis souvent, l’informatique c’est génial, c’est très pratique, ça fait gagner beaucoup de temps… mais seulement tant que ça marche.

    Le problème, c’est que ça marche trop souvent, alors on oublie qu’en réalité ce n’est pas si fiable que ça. Un peu comme un filtre anti-spam : vous avez vous le mail d’une amie mal classé parmi des milliers de viagria féminin naturel à base de plantes et autres appels à l’aide nigériens ?

    J’ai la chance de connaître l’envers du décor, et de voir les efforts colossaux de mon employeur pour assurer un service informatique que tant de gens trouvent normal…

    Ne jamais faire entièrement confiance aux machines dont on ne connaît pas complètement le fonctionnement. Jamais.

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.