Les séquestrés

"Madame ne baise pas, Madame fait mal à manger, Madame s’occupe mal des enfants…". Dans un récent article, Whereistheone s’en prend aux hommes séquestrés, ces hommes mariés (ou plus ou moins casés) qui se plaignent de leur compagne et recherchent sur le net un jardin secret ou une maîtresse.

On imagine ces pauvres garçons, terrorisés par des "sorcières", qui se sacrifient pour rester derrière les barreaux que leur dresse leur geôlière, pauvres mâles quasiment castrés qui recherchent réconfort et apitoiement (et plus si affinités) de la part de jolies femmes qui se trouveraient en ligne. Mais qui récoltent certainement quelques bénéfices secondaires (ça va du repassage des chemises au fait de se faire entretenir) de leur "captivité".

Mais dis, Marjorie, tu crois que c’est l’apanage des hommes, cette attitude là ?

Non mais sérieusement, tu n’as jamais recueilli les confidences d’une copine qui, à l’entendre, est mariée (ou maquée) avec un monstre, et qui ne bouge pas le petit doigt pour se "délivrer" ? Voire… attend plus ou moins explicitement qu’un prince charmant vienne s’en charger !!

Monsieur ne bosse pas et vous force à trimer pour deux, ou Monsieur bosse mais vous donne l’argent du ménage au compte-gouttes, Monsieur vous délaisse, Monsieur vous trompe, Monsieur vous rabaisse, Monsieur maltraite les enfants (!!!!!). Et vous, vous hésitez encore à partir. Périodiquement, "cette fois ma décision est prise, il est allé trop loin". Périodiquement, "ça va mieux avec Monsieur". Oui, la même ordure que la dernière fois.

C’est vrai, j’ai vécu de trop près l’ "indécision émotionnelle" décrite par Mira Kirschenbaum pour jeter la pierre à celle (ou celui) qui a à la fois d’excellentes raisons de partir et d’excellentes raisons de rester, et du coup a du mal à prendre une décision tranchée. Je ne me questionne qu’à partir du moment où la décision est décrite comme si évidente qu’elle est quasiment déjà prise, mais que rien ne change, mois après mois.

Est-ce que, vous aussi, vous allez écumer chats et sites de rencontres à la recherche du prince charmant prêt à vous plaindre et à venir vous délivrer ? Est-ce qu’au fond la situation vous convient à vous aussi, est-ce que ce n’est qu’un leurre, ce que vous servez à vos copines pour attirer l’attention sur vous ? Quelle est la part de confort/bénéfices secondaires et quelle est la part de réelle difficulté matérielle à vous organiser pour vous en sortir (oui, je suppose que c’est plus difficile pour une femme d’être autonome financièrement, pour cause d’inégalités sur le marché du travail ; mais je peux me tromper) ?

Princesses captives, vous avez parfois besoin d’aide pour vous délivrer, mais vous êtes la première qui doit avoir envie de sortir de votre château au bois dormant, sinon personne ne peut rien pour vous…

Et vous, Princes charmants en puissance, vous a t’on déjà fait le coup de la princesse captive sur un chat ou site de rencontre ?

1 commentaire

  1. Phileas dit :

    Whereistheone a une vision tellement amère des hommes qu’elle a fini par me décourager de continuer à la lire :-)… et pour ma part je crois très fort à l’égalité des sexes en ce qui concerne la répartition des qualités et les défauts… En tant que P.C.(tm) en puissance, j’ai effectivement croisé sur la toile, puis rencontré, une princesse (faussement) captive… j’ai cru à une possible belle histoire… mais l’enfer quotidien évoqué par la Belle n’était de toute évidence pas si insupportable que ça … ou alors c’est moi qui était pire :-))

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.