Flash d’information

On accuse parfois les femmes de trop chercher le Prince Charmant, ou les hommes la Princesse Charmante. De manière générale, certaines personnes d’être si intransigeants dans la recherche d’un partenaire qu’elles ont du mal à trouver réellement chaussure à leur pied dans le monde réel où, comme on le sait, personne n’est parfait (sauf moi, mais bon, il y a des exceptions à toutes les règles).

Ce n’est pas vrai. Certains hommes ne sont pas si exigeants.

Ralphy évoquait récemment une annonce pour mariage international qu’il jugeait trop brève : « Cherche femme pour mariage« . Point final. Et d’ironiser sur l’intéressé, trop pressé pour avoir jugé utile de mentionner une quelconque qualité souhaitée pour sa promise.

Cela dit, en voilà un au moins qui n’aura que des bonnes surprises.

Cela nous rappelle aussi que tout le monde n’a pas la même conception du mariage. Ralphy, sous ses dehors de pervers obsédé notoire (il serait gynotikolobomassophile)  psychorigide (il ne supporte pas les boucles d’oreille), semble d’un sentimentalisme exacerbé et d’une naïveté confondante.

Qui a dit, en effet, que celui qui cherche à se marier a en vue l’âme soeur parée de toutes les qualités ? Hmm ?

Qui a dit que l’intéressé ne cherchait pas avant tout un statut (pour gagner un prêt immobilier ou une nationalité, l’estime de sa mère, dissimuler son homosexualité, voire fonder une famille, sans autre prétention qualitative) ? Et qui sommes-nous pour juger que c’est illégitime, tout ça?slide25

Vous savez qu’on m’a fait lire toute petite (et qu’on fait peut-être encore lire à des enfants) un ouvrage où l’un des personnages s’exprime ainsi : « Au fond, toutes les femmes sont les mêmes. Heureux qui épouse un joli visage et un large douaire » ! (*). Bon, entendu, on trouvera difficilement une femme qui serait d’accord avec ce gros rétrograde. Mais c’est juste pour dire que la conception de tout ça dépend aussi des cultures.

Il y a eu des époques et des endroits où se marier, ça  n’avait rien à avoir avec une quête sentimentale. mais était plutôt un moyen de s’enrichir (dot, terres), ou un devoir civique (histoire de fournir au pays de la chair fraîche pour la guerre de nouveaux citoyens). J’en passe sûrement. Si quelqu’un dans la salle a un minimum de connaissances en histoire ou en sociologie, elle  (**) saurait certainement me dire si ces cas là sont même plutôt la majorité, comme je le soupçonne.

Je peux me tromper, mais il me semble que dans certaines cultures, ici et maintenant, non seulement le mariage est une norme sociale et un rite de passage quasi obligatoire, mais c’est aussi… le seul moyen d’avoir une vie sexuelle.

Pour résumer, j’aurais donc tendance à traduire l’annonce relevée par Ralphy en quelque chose comme  : « Je veux du sexe, et d’après ce que je comprends, il faut se marier pour en avoir. Je voudrais une femme. Je ne m’inquiète pas trop pour la suite puisque tout le monde fait pareil » (je vous épargne les avantages pratico/ménagers susceptibles de se trouver en filigrane de cette recherche).

Désolée de le faire tomber de son petit nuage !

(*) Les derniers jours de Pompéi, de Edward Bulwer-Lytton. La citation est de mémoire.

(**) Le genre est féministe pour me faire pardonner la citation macho de tout à l’heure. Et puis, vous pensez que ça se trouve sous le pas d’un cheval, vous, des garçons étudiants en histoire ou en socio ?

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.