Manque

C’est abominable. Il me manque trop. J’ai des sueurs froides, des palpitations, une impression de compression dans la poitrine, des crises d’angoisse. Je ne pense plus qu’à ça. Parfois je frôle la perte de connaissance.

Tout ça pour un déménagement.

Lex ayant enlevé de chez moi l’essentiel de ses affaires (mais on dirait qu’il n’arrive jamais à ne pas y oublier quelque chose), la pièce qui lui servait de bureau devrait devenir sous peu une salle de jeu ou une chambre d’enfant. J’ai donc décidé d’en ôter tout ce qui était précieux appareillage électrique qui pourrait être abîmé par ces sales gosses susceptible de représenter un danger pour mes petits anges innocents.

quantiquetl_15Exit, donc, le fatras de câbles installé par Lex sous prétexte de connexion Internet. Incroyable d’ailleurs comme ces petites bêtes aiment s’enchevêtrer. Le temps que je démêle tout, que je transporte tout sur une tablette à roulettes vers un nouvel emplacement, et que je rebranche tout… on n’y voyait à nouveau plus clairement quoi était relié à quoi sans suivre méticuleusement le cours de ces fils qui se ressemblent tous.

Et le syndrome de manque, dans tout ça? J’y viens.

Le temps de tout débrancher et de tout rebrancher, j’ai dû casser quelque chose. D’abord, ça ne marchait plus. Puis, ça a à nouveau marché, sauf que le téléphone grésillait à fond les manettes dans mes pauvres petites oreilles. J’ai dû me rabattre sur mon autre ligne pour tenir une conversation à peu près audible.

Puis j’ai éteint le tout pour la nuit et suis allée sommeiller du sommeil du juste.

Et depuis, plus rien ne marche. Plus de ligne IP. Plus d’Internet. J’ai eu beau mettre le nez dans la doc, bien examiner les prises diverses sous toutes les coutures, et même indiquer à ma petite ****box mes identifiants, au cas où elle les aurait oublié pendant le voyage (il y avait quand même pas loin de 5m!). Rien n’y a fait.

Je vous laisse imaginer l’horreur, la sensation de manque absolu. Ouinnnnnnnn.

L’heure est grave. A situation désespérée, mesure désespérée. Ce soir, je tente l’électrochoc. Le bouton reset, et la tentative de réinstallation complète du machin.

En priant Sainte Rita.

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.