Procès en sorcellerie

Attention, histoire vraie.
Ca se passe à la cafét’. Je suis en train de finir de déjeuner. Sémire a fini aussi depuis un moment, mais est restée assise jusqu’à ce que tous les autres s’en aillent. Nous voici seules.
Sémire (l’air de quelqu’un qui va aborder un sujet délicat): « Cinn, j’ai une question à te poser…. « 
Moi (me demandant si elle va critiquer mes cheveux, qui n’ont pas accepté d’être coiffés comme je voulais ce matin) : « Oui? »

Sémire (l’air vraiment embêtée) : « Ne le prends pas mal, hein? »

Moi (houlà, ça a l’air grave) : « Heuu… quoi? »

Sémire : « Voilà, avec les filles, enfin, avec Djeunette, Crystale et Binômette, on a remarqué qu’à chaque fois qu’on te parlait de quelque chose, cela capotait« 
…….
Moi (ne comprenant pas très bien) : « Comment ça ? Vous n’arrivez pas à parler?

Sémire : « Avec les filles, on pense que….. Est-ce qu’on t’a déjà dit que tu portais la poisse? »

Moi (éberluée) : « Jamais! »

Sémire : « Mais ça t’arrive d’avoir des pensées négatives, de souhaiter du mal aux gens ? »

Moi (consternée) : « Sémire, Sémire, tu me connais mal ! S’il y a quelqu’un qui ne souhaite pas de mal aux gens… »

Sémire : « Mais généralement, toi, tu as plutôt de la malchance ?… « 
………
Moi (transportée dans la huitième dimension) : « Non, j’ai plutôt de la chance en général, je trouve! »

Sémire : « Non, non, je ne vois pas pourquoi tu ris, on dirait que ça te fait rire, mais c’est très sérieux. Ca existe. Tu portes la poisse. C’est à cause de cela que les filles te parlent à peine, qu’elles t’évitent. Dès qu’elle t’a vue, Binômette a vu cela, elle a senti que tu avais une aura négative. J’ai été très fâchée contre toi à cause de ça, parce que tu avais fait capoter quelque chose dont je t’avais parlé, c’est pour ça que je ne te parlais plus à un moment »

Moi (en proie au vertige devant un tel un gouffre de bêtise insondée, mais néanmoins indulgente) : « Sémire, ne le prends pas mal non plus, mais je trouve ça complètement grotesque. Vous vous faites des films. »

Sémire : «  »Ah, tu es comme ma mère, tu le prends mal. Elle non plus, je ne lui parle plus des choses qui me tiennent à coeur, sinon, ça capote. En général, les gens ne viennent pas beaucoup vers toi, j’ai remarqué, c’est sûrement à cause de ça. Mais je resterai quand même ton amie, hein. Cela peut être volontaire, mais moi je pense que pour toi c’est involontaire. Tu viens prendre un café? »

Moi (n’en croyant pas mes oreilles) : « Heu, non merci, je vais plutôt rentrer »

Une amie, mais dont on pense une chose pareille, dont on est prête à penser qu’elle vous veut du mal et qu’elle cause votre malheur ? Une amie à qui elle ne parlera que de choses qui ne lui tiennent pas à coeur, de peur d’être contaminée par mon mauvais karma ? Y’a comme un problème…
….
Vous qui me connaissez, surtout ne me parlez pas des hommes ou femmes qui vous plaisent ni des projets qui vous tiennent à coeur. Vous dont je lis le blog, gardez-vous d’y dévoiler vos espérances. Si ça foire, ce sera ma faute. (Si ça réussit malgré tout, n’en tenez pas compte, c’est une erreur expérimentale).
….
Voilà ce que c’est quand on n’arrive pas à vous cerner. La chasse aux sorcières est ouverte.

4 commentaires

  1. K dit :

    Ah mais voilà, tout s’explique aujourd’hui. Je comprends pourquoi ma vie a explosé depuis que nous nous sommes croisés. Ouf je croyais que j’y étais pour quelquechose !!! Me voilà rassuré du coup.
    T’as de ces collègues toi !!

  2. Natacha dit :

    Non mais c’est pas forcément mal hein. Tiens par exemple, il faut absolument que je te parle des projets de mon ex… :-p

    Ou bien est-ce que ça va faire capoter mon projet de faire capoter les projets de mon ex en t’en parlant ?

    (sur une note plus sérieuse, je ne sais pas si tu te souviens de mon billet « Apophénie et biais de confirmation » que j’ai écrit suite à quelque chose d’aussi gentil que de l’horoscope qui ne se prend pas trop au sérieux ; on dirait que tu as découvert la version méchante de ces mêmes effets. Je me demande comment réagirait une Sémire de base au démontage en direct de ces mécanismes de pensée, même si ma misanthropie me fait douter qu’il en sorte quoi que ce soit de positif)

  3. Roman Age dit :

    Je note que c’est Binômette qui a eu cette idée en premier, et c’est ça qui est malheureux car n’étant basé sur aucun fondement, sans Binômette je suis sûr qu’une telle stupidité n’aurait jamais traversé l’esprit des autres, et ta vie en aurait été rendue plus facile. Mais une seule personne est capable d’influencer un groupe d’esprits faibles.
    Je pense que tu as raison, le fait qu’elles n’arrivent pas à te cerner à contribué à faire en sorte que la ‘théorie’ prenne parmi ces collègues.
    Un conseil d’action: prouve-leur de façon passive que tu ne portes pas la poisse, en intéragissant naturellement avec les autres, ceux ou celles que tu apprécies (s’il y en a!) et dont tu es à peu près sûr qu’ils ont un degré d’intelligence suffisant.

  4. Letesle dit :

    Celle que je plains le plus, je pense, c’est la mère de Sémire !! Parce que des collègues, tu ne les as pas pour la vie, et tu peux ne pas les apprécier sans scrupule. Mais imagine quand ta propre fille te déclare qu’elle ne peut te parler des choses qui lui tiennent à coeur par crainte que tu brises ses espoirs ?!

    Cela dit, à force de te lire, j’en suis presque à me demander si un jour ou l’autre il ne va pas y avoir un coup de théâtre, du genre tout le monde qui se réunit et te dit « SURPRISE !! ON T’A BIEN EUE !! LA CAMERA ETAIT CACHEE LA !! Hahahaha, comment as-tu pu croire qu’il était possible qu’il y ait autant de tarés concentrés dans une même boîte ?! »

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.