Où Cinn fait une bonne action tout en se débarrassant de Binômette pendant trois jours

Vendredi, après le déjeuner, Binômette s’est mise à me parler gentiment : « Heu, Cinn?…« .

Immédiatement, je me suis méfiée. Quand Binômette me parle gentiment, c’est qu’il y a un piège, elle veut me refiler quelque chose qu’elle n’a pas envie de faire (souvenez-vous, nous sommes une équipe sacrée et solidaire, donc chacune est prête à prendre le relais de l’autre en cas de souci, enfin, surtout moi).

Mais là, ce n’était pas le cas. Binômette venait d’apprendre la disparition de sa grand-mère et devait partir immédiatement si elle voulait avoir une chance d’assister aux obsèques à 2 000 km de là.

Partagée entre la compassion (ben oui, quand même) et l’occaze inespérée de travailler un après-midi dans une ambiance plus légère, je lui ai signalé qu’il me semble que notre convention collective prévoit un petit congé si l’un de nos grand-parents décède. Une fois Binômette partie, j’ai fait un petit mot à la DRH pour la prévenir et en faisant allusion à la question du petit congé.

Elle m’a répondu que ce rien n’était prévu. J’ai été lui rechercher l’article, qui prévoit quelque chose en cas de décès d’un ascendant ou descendant, et je lui ai dit qu’à mon avis, ça ne voulait pas seulement dire celui d’un parent ou d’un enfant, mais aussi celui d’un grand-parent, arrière-grand-parent, ou tout autre aïeul que l’on aurait la chance d’avoir encore près de soi à l’âge adulte. Enfin, je n’ai pas dit ça comme ça, j’ai juste dit qu’a priori il n’y en avait pas beaucoup par personne. Elle m’a dit qu’elle allait y réfléchir, et comme c’est une femme bien, elle m’a rappelée quelques minutes après pour me dire que j’avais raison et qu’il fallait dire à Psykko de cesser d’écrire le mot qu’elle était en train d’écrire à Binômette (en fait c’était Djeunette qui lui écrivait un SMS) avec l’opinion inverse.

Et voilà comment Binômette, grâce à moi, a droit à trois jours de « congés » pour dire au revoir à sa grand-mère comme elle le mérite certainement.

Elle ne saura pas que je suis intervenue, mais j’ai déjà ma récompense.

1 commentaire

  1. Martin dit :

    Ha ha ha ! J’ai malheureusement connu une situation similaire, mais dans une fratrie : rien n’est prévu. C’est hallucinant. Cependant, les employeurs concernés ont été bienveillants et ont accordé à l’œil les congés demandés.

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.