Le loup demeurera avec l’agneau, et la panthère gîtera avec le chevreau…

Il se passe un truc incroyable.

Je suis en train de copiner avec Binômette.

Je me suis depuis longtemps habituée à être en retrait. Travailler, ou s’occuper toute seule, sans chercher à discuter. Se limiter aux échanges absolument nécessaires. Et aussi, petit à petit, je me suis rapprochée de Djeunette, à la faveur des absences des deux autres.

indéniablement, depuis quelque temps, les choses se sont apaisées. En tout cas, Binômette semble être de plus en plus souvent dans un de ses bons jours. Son arrivée ne semble plus s’accompagner de sombres et invisibles nuées d’orage. Une absence prolongée de Psyko (en arrêt maladie, puis en congés, puis en mi-temps thérapeutique) rend les choses encore plus faciles : au lieu de s’enfermer dans des conciliabules entre copines, Binômette est plus disponible pour me parler. C’est très étrange, mais c’est ainsi : Binômette ne peut pas être aimable en même temps avec Psyko et avec moi.

A la faveur de quelques discussions :

– Nous avons parlé famille,

– Je connais son statut amoureux et son moyen de contraception,

– Je lui ai fait un massage des épaules dont elle a paru très contente,

– Nous n’avons pas encore déjeuné ensemble, mais alors que nous allions toutes les deux faire du shopping lors de la pause déjeuner, nous avons fait un bout de chemin en papotant.

Bref, l’incroyable se profile, sans être tout à fait gagné (car il s’estompe dès que Psyko paraît).

Il ne faut désespérer de rien.

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.