Entre deux eaux

TintinCa y est, ma dernière heure est arrivée. J’ai peur. J’étouffe, je vais me noyer. Comment ce type peut-il ne pas voir que je suis au bord du malaise, à quelques minutes de l’asphyxie ? Si ce masque ne réduisait pas de manière insupportable mon champ de vision, je pense que je verrais ma vie défiler devant moi. Au secours ! Mais qu’est-ce qu’il fabrique, à nouer ou dénouer quelque chose sur mon ventre ? Peut-être qu’il me rajoute encore des poids en plomb ? A l’aide !…

Après un baptême aérien, je m’étais fait offrir un baptême sous-marin : ce qui devait être mes premiers pas (enfin, mes premières brasses?) en plongée.

Tout avait plutôt bien commencé. Un bateau d’une dizaine de personnes candidates au baptême, la plupart en dessous de 12 ans, sauf deux personnes : ma cousine Théano et moi, qui en avons le triple  le double  un peu plus. On pouvait presque s’attendre à ce que, pour faire le décompte des présents, le moniteur dise quelque chose comme "Donc, on a bien Kévin, Enzo, Chloé, Hugo, Léa, Lucas, Madame Cinn et Madame Théano?"

J’enfile pour la première fois une combinaison de plongée.

Il y a deux manières de considérer ce vêtement là.

1) soit on admire son côté lisse et aérodynamique, et on songe, émue, que l’on va être semblable à un dauphin, lisse et marine,

2) soit on se dit que ce machin gluant et étroit est une insulte à toutes les femmes de plus de 45 kilos. C’est étroit, ça serre, et c’est très moulant. On a l’impression d’enfiler une méduse, ou un tentacule de poulpe. Heureusement, c’est noir, ce qui, en principe, amincit. Maigre consolation. Il ne manquerait plus qu’il y ait des barres horizontales, tiens ! Que cela soit dit : une combinaison de plongée, ça doit être le vêtement le moins glamour de la terre.

Nous emportons nos palmes (Théano a de si petits pieds qu’elle a failli se faire attribuer des palmes Harry Potter) et surtout les bouteilles d’air comprimé et l’espèce de gros harnais qui sert à le porter, avec tout les accessoires (des trucs aux noms exotiques, comme "détendeur" ou "gilet stabilisateur"). Stabilisateur, mon oeil. En tout cas, c’est très lourd.

Le bateau nous emmène vers une sorte de petite crique où nous allons plonger en eau peu profonde, au bord du rocher. Tout se passe bien jusqu’à ce que je me retrouve dans l’eau, ceinturée de plomb.

Le moniteur me ligote m’attache au gilet évoqué plus haut. C’est lourd.

Les sensations que j’éprouve me décontenancent. Je suis tout de suite essoufflée, je nage en ayant l’impression que je ne maîtrise absolument pas ce gros corps ainsi équipé. Je me sens engoncée dans une carapace qui m’alourdit et que je n’arrive pas à maintenir à la surface. Je parviens à respirer dans l’embout, mais cela me semble encore plus pénible que de respirer à l’air libre. J’ai une sensation de panique que je ne parviens pas à éliminer, directement liée à cette sensation d’étouffer et de ne rien maîtriser.

Bilan : j’ai un peu nagé sous l’eau. Une minute, peut-être, au lieu de vingt. Et j’ai très vite demandé à remonter sur le bateau. Une fois débarrassée, j’ai nagé autour du bateau, retrouvant des "vraies" sensations de nage.

Mais nooon, m’expliquera ma mère plus tard (200 plongées à son actif), l’essentiel est en fait de se laisser aller. pas d’essayer de se maintenir en surface. Ça ira mieux la prochaine fois.

Il faut vraiment une prochaine fois?….

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.