Impair en nombre impair

Ca s’est joué à une minute près.

J’avais déjà mis un peu d’ordre sur mon bureau et éteint ma machine. Debout, sac à l’épaule, j’étais en train de souhaiter une bonne soirée à mes collègues, lorsque le téléphone a sonné.

Un coup d’oeil à mon cadran : Cela ne ressemble pas aux numéros des quelques clients qui connaissent ma ligne directe. Cela ressemble un peu au numéro professionnel de Lex, à qui j’ai pourtant demandé d’utiliser plutôt mon portable. Dans le doute, je décroche.

"Vous êtes Madame Tsouinn ?

Quand la première chose qu’on vous sort au téléphone, c’est votre nom tout écorché, en général c’est mauvais signe. Cela sent la liste téléphonique revendue à la sauvette, le spam téléphonique, et cela m’irrite. Mais là, je ne suis pas chez moi…. quel client est donc en possession d’une version fantaisiste de mon nom ?

Heu, oui, enfin, Cinn – Ah oui, le nom était mal écrit sur le papier… C’est le fleuriste Machin, nous avons des fleurs à vous livrer, pouvons-nous venir maintenant ? – … Mais je ne suis pas chez moi… – Mais vous êtes bien rue XXX ? – Heuu, oui, mais je suis sur le départ… – Je suis juste à côté, c’est de la part de Monsieur Yex ?"…

Des fleurs, là, maintenant, tout de suite ? Et de la part de Lex ?! Il me fait livrer un bouquet, là, juste quand je suis sur le départ ? C’est quoi ces manipulations foireuses ? Non mais il exagère ! Je vais en faire quoi, maintenant, de ce gros truc, dans les transports ?… (quoi, quoi, comment ça je ne suis jamais contente?).

La fleuriste insiste, plaide, supplie presque. Elle peut être là dans un quart d’heure. Cinq minutes. Deux minutes, le temps de l’emballer. Bien sûr, pour elle, c’est aussi un travail à terminer. J’accepte de l’attendre en bas de l’immeuble à ma sortie (imminente).

Un quart d’heure plus tard, je suis dans mon train, tenant contre moi un joli bouquet rond, et odorant aussi, car il est décoré de feuilles de cassis. Rouge sombre et vert menthe, enveloppé de papier vert pâle, noué par une cordelette. Du cassis. Sniffe, sniffe. Cette senteur. Ils ont bien fait les choses. Comment ont-ils fait pour savoir que l’odeur me rappellerait le jardin de la maison où j’ai grandi ?IMGP1941bis

Je suis touchée, évidemment. Lex m’a offert une seule fois des roses…  mais des roses virtuelles, alors que nous n’étions qu’amis. En termes plus terre-à-terre, une simple image. Au premier plan, des roses blanches. Juste derrière, des rouges.

Cette fois-ci, une enveloppe épinglée au bouquet contient une carte toute simple  : "Merci".

11 commentaires

  1. jacquesbrun dit :

    De rien

    …c’était un plaisir Lex ! mais moi je préférerais des bonbons parce que les fleurs c’est périssable. Des werner original de préférence. Ou alors des quality street. Ou bien une caisse de after eight…(mais ce ne sont pas des bonbons ça !) … ah oui des chocolats plutôt !…bon… bon enfin je réfléchis et je te rappelle.

  2. Jerry dit :

    Vétéran motocycliste

    Pardon, vieux motard que jamais! Même si les fleurs c’est périssable, je ne sais pas si c’est à cause de l’odeur ou de leur légèreté fragile de soie mortelle… C’est vrai que ça fait tellement plaisir…

  3. Sun dit :

    à l’attaque

    je te l’ai dit il sent (certainement parce que ton attitude se modifie sans que tu n’y puisses rien) et là ! il sait qu’il faut qu’il ré-attaque fort. Jusqu’à présent il tentait sa chance de manière discrète. Là il y a danger donc … à l’attaque ! GrandBrun défend toi ! Ok il n’a aucune chance mais ne te laisse pas faire.

  4. cordelia dit :

    Ben tu vois qu’il sait reconnaitre ses tords quand il veut. ou alors il anticipe sur le comment il va te faire encore rater le prochain week-end que tu passeras avec grand brun. le malin !

  5. Gorgonzolla dit :

    On ne voit pas bien les roses blanches sur ta photo… Par contre, si c’est véritablement un bouquet de roses rouges et de roses blanches, le langage des fleurs indique une « envie de vivre ensemble ».

  6. grandbrun dit :

    Trop facile

    Offrir des fleurs à une femme … c’est tellement facile et en plus (comme ton intervention le confirme Jerry)…ça marche à tous les coups. Alors pourquoi s’en priver puisque c’est gagnant-gagnante ? Parce que les conditions suivantes doivent être réunies : 1 – Ne rien avoir à se faire pardonner 2 – Ne rien espérer en retour 3 – Le faire sans raison…juste par amour. Qu’elles se substituent un instant aux simples mots pour une déclaration ou un avoeu. Souvent ces conditions ne sont pas remplies à 100 % mais le grandbrun qui se cache derrière ces exigences ne se sentirait-il pas un peu grillé par Lex pour le coup ? Et comme il ne faut retenir que les actes : Lex 1 -GrandBrun 0 Point de surenchère. Juste l’assurance d’être hors compétition.

  7. Natacha dit :

    Trop difficile (pour moi)

    Désolée de vous embêter tous avec mon horrifiante inexpérience sociale, mais j’ai beaucoup de mal à vraiment comprendre le commentaire « Trop facile » du grandbrun. Offrir des fleurs par amour, d’accord, je comprends les trois conditions. Mais j’ai l’impression que l’on peut offrir des fleurs pour d’autres raisons aussi, et je n’arrive pas à voir de mal dans un bouquet de remerciement. Et j’ai aussi beaucoup de mal à comprendre d’où sort cette histoire de grillade, de surenchère et de compétition. Est-ce qu’une âme charitable pourrait venir en aide à l’inapte sociale que je suis ?

  8. grandbrun dit :

    qques précisions alors

    …pour Natacha. 1-Il n’y a aucun mal à offrir un bouquet de remerciement 2-Il n’y a (a priori) aucune compétition avec Lex Pourtant ma longue expérience d’homme (dans la catégorie chasseur séducteur 😉 ) m’a appris que beaucoup de nos actes envers la gente féminine n’étaient pas vraiment simples et gratuits, que l’on se l’avoue ou non (je pense que Sun le comprend). On profite même parfois de certaines occasions pour les maquiller de gratuité et de naturel. Pardon de mettre un peu d’aigreur après l’expression d’une adorable naïveté, Natacha. Mais c’est un fait que je peux nier, ça me gratouille aux entournures ce magnifique bouquet de roses. Et je ne peux absolument pas en vouloir à Lex. Décidément il est diabolique ! 😉

  9. MuMM dit :

    Dites-le avec des fleurs…

    Statistiques diaboliques, pour le message et les commentaires (celui-ci excepté) : 1131 mots 6393 caractères, espaces comprises Les fleurs font jacter ! (Tordants, les liens promotionnels qui s’affichent en haut de page : Atelier d’Art floral et Bouquets de roses…)

  10. Sun dit :

    puisqu’on me demande mon avis

    C’est évident GrandBrun ! j’offre des fleurs « assez » souvent (ou des cadeaux) mais il y a souvent une raison, dès fois bénigne, ne serait-se que faire plaisir. Mais les femmes agissent de la même façon, même si elles sont plus maline que nous. Là Lex sent le vent tourné et il est fort. 1 il y a les fleurs 2 il y a le mot (sobre, pas un poème bidon) 3 le fait de livrer les fleurs au travail (pas d’anonymat et les collègues qui en parle le lendemain) Tu as déjà 25 points, donc de l’avance, mais il rattrappe son retard. Ok il n’a aucune chance, quand une femme a dit : « c’est fini » il n’y a aucune chance de retour en arrière.

  11. Cinn dit :

    > Gorgonzolla : Je précise que la photo est celle du bouquet « actuel », pas celle qui comprenait à la fois des roses rouges et blanches. Je ne connaissais pas cette signification du bouquet de roses blanches et rouges et je pense que Lex ne la connaissait pas non plus (le message aurait été pour le moins prématuré!). Il m’a semblé que cela ressemblait plus à une déclaration (« derrière la pureté de l’amitié… ») > Jerry, Cordelia, Natacha, Grandbrun, Sun : Lex s’est mis tout seul hors « compétition » il y a bien, bien longtemps, et je pense qu’il le sait. J’apprécie néanmoins son geste, d’autant plus que je ne sais pas ce qui succèdera à cette phase de bonnes grâces.

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.