Allaitement long : l’allaitement automatique

La seule difficulté pour passer de l’allaitement court à l’allaitement long, c’est la durée.

Un des principes de base quand on allaite, c’est que la lactation est entretenue par la tétée du bébé. En cas de baisse de lactation, la première chose à faire est de faire téter davantage le bébé. Si il a une poussée de croissance et se met à téter plus souvent, il faut le laisser faire : au bout de peu de temps, votre production de lait s’adapte à sa demande et vous n’avez plus l’impression d’avoir les seins constamment vidés (impression fausse. Les seins produisent du lait en permanence).

Si vous allaitez à la demande les premiers temps, la production de lait est auto-entretenue. Mais si vous ralentissez le rythme des tétées, vous aurez automatiquement moins de lait.

Les premiers mois, une jeune mère ressent plusieurs fois par jour un « besoin » d’allaiter : les seins se tendent comme s’ils allaient exploser, parfois même le lait commence à couler tout seul, bref, le corps vous fait clairement comprendre que c’est l’heure du repas de votre bébé ; si vous tentez d’allaiter ou de tirer votre lait en dehors de ces « montées« , le lait risque d’être plus long à venir.. D’ailleurs, il y a souvent une sorte de coïncidence entre la faim du bébé et les montées de lait de la mère. Combien de fois je me suis réveillée au milieu de la nuit en en sentant une (Une montée de lait. What else, voyons!…), pour entendre moins de trente secondes plus tard les pleurs du bébé ?

Le corps des mères allaitantes au long cours est ainsi fait que nous n’avons plus de « montées de lait » depuis bien longtemps. près le passage à « l’allaitement automatique », la venue du lait se fait au contraire à la demande, lorsqu’un enfant vient téter.

Parallèlement, une fois passée à l’allaitement automatique, vous n’êtes plus non plus obligée d’allaiter aussi souvent. Une tétée (ou tirage de lait à l’aide d’un tire-lait) par jour suffit amplement pour continuer à avoir du lait.

C’est donc au cours des quatre premiers mois (environ) qu’il faut veiller à entretenir la lactation même si vous n’êtes pas auprès de votre bébé à ce moment là (si vous avez eu la folle idée de reprendre le travail, par exemple). Donc, il faut tirer votre lait au cours de la journée.

Je vous en parle bientôt dans le détail.

1 commentaire

  1. sindy dit :

    Bonjour,

    Quel réconfort de te lire!!! merci beaucoup tu m’a remonter le moral!

    Je me présente, je suis maman de deux enfants, tous deux allaités. Mon ainé a 4 ans maintenant, je l’ai allaité 9 mois et son sevrage a été le top puisqu’il s’est fait naturellement par la volonté de mon fils. Mais faut dire que j’avais repris le boulot et donc il ne tetait plus la journée depuis longtemps.
    Pour ma fille c’est mon petit souci actuel, car j’envisage de la sevrer mais j’aimerais que cela se fasse naturellement sans qu’elle en souffre. Elle a 21 mois et tête 3 fois par jour normalement au réveil et pour s’endormir à la sieste ou le soir.
    Rien ne me presse à arreter l’allaitement puisque j’ai pris un congé parental afin de m’occupper entièrement d’eux. Cependant parfois j’aimerais bien être davantage libre le soir…donc je commence a être prête au sevrage. Mais je pense qu’elle non… en plus maintenant elle a bien compris me faire « craquer », elle me fait un calin puis des bisous, puis après me dit « têté » avec ses petits yeux coquins ! bref comment résister! On a essayer hier soir avec mon mari et quand on lui a dit non plus têté tu es grande elle a fait la moue triste avec les larmes pretes a couler, elle était si triste que j’ai renoncé!
    J’aimerais arreter c’est vrai mais pas au point de la rendre triste. En plus ça fait maintenant juste un mois qu’elle fait ses nuits, je voudrais pas que ça l’a perturbe. Elle a toujours refusé le biberon même avec mon propre lait et ne veut pas de sucette, ni de doudou pour dormir donc il est difficile de trouver quelquechose pour « compenser ». La seule manière de l’endormir autre que le tt c’est les bras de papa qui fait les 100 pas! et papa est parfois fatigué donc c’est plus simple pour nous que je l’endorme au sein.
    J’ai toujours eu envie d’allaiter longtemps mais je ne pensais pas au-delà de 18 mois. Les préconisation de l’oms jusqu’à 24 mois sont rassurantes par rapport à notre entourage qui nous font des remarques désagréables. Mais je n’avais pas envisager que de continuer au-delà de 24 mois permettais comme tu le dis de mieux dialoguer avec son enfant qui est en âge de comprendre le pourquoi de ce sevrage.
    Je fais parti d’une association d’allaitement, le pire! mais quand c’est pour soi on réagit différemment. C’est plus facile de parler avec quelqu’un qu’on ne connait pas, d’autant qu’à te lire on partage les mêmes idées.

    J’espère que je ne t’ai pas trop souler avec mes histoires, et j’espère avoir le plaisir de discuter avec toi prochainement.

    Bonne journée, et meilleirs voeux pour cette nouvelle année!

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.