Allaitement au long cours, le pourquoi (niveau 2 : les raisons égoïstes)

Pour expliquer le pourquoi de l’allaitement long, j’ai commencé à mettre en avant le plus évident : les bienfaits pour le bébé.

Mais il y a aussi des bienfaits pour les mamans.

  • Déjà, d’un point de vue purement physique, le fait d’allaiter les premières semaines provoque des contractions utérines qui aident l’utérus à reprendre sa taille normale.
  • Ca coûte nettement moins cher,
  • Ca donne nettement moins de boulot : rien à stériliser, rien à chauffer à bonne température, rien à nettoyer, pas de barda de biberons à emporter quand on sort… Lorsque l’enfant boit la nuit, on peut même aussi se permettre une petite somnolence pour récupérer un peu (alors que cette petite facétie serait très dangereuse avec un biberon).
  • Ca aide à perdre les kilos de grossesse en douceur et sans aucun effort. Enfin, apparemment, ça varie d’une femme à l’autre, mais moi j’ai fondu tout en mangeant toutes les pâtisseries que je voulais. Epoque bénie.
  • Comme le bébé est moins souvent malade, on a moins de soucis de garde.
  • Ca apporte de merveilleux moments de calme. Je ne compte pas le nombre de fois où au lieu de me coltiner un bébé braillard, malade, fatigué, aux dents naissantes etc, etc…. j’avais à portée de main, pour ainsi dire, un remède quasi-miraculeux pour l’apaiser. Je ne compte plus le nombre de fois où mes enfants, malades comme des bêtes, ne buvaient ni ne mangeaient rien, hormis le lait maternel. C’est toujours rassurant de savoir qu’ils ont quand même "quelque chose dans le ventre"
  • En plus, on est plus sereine : le simple fait d’allaiter diffuse dans notre corps de précieuses bouffées de prolactine, très apaisante.
  • Il semble qu’il y ait un effet préventif contre l’hypertension et le cholestérol, pour la mère. Plus une diminution du risque de cancer du sein et des ovaires.
  • Cerise sur le gâteau (si j’ose dire) : lorsque vous changez votre bébé, ses selles sentent bon. Enfin, du moins, bien moins mauvais que le caca normal.

Evidemment qu’il y a des contraintes, notamment le fait qu’on ne peut pas confier son enfant très longtemps (ou alors il faut avoir un tire-lait et une organisation en béton). Evidemment qu’au début, c’est dur, assez douloureux même au tout début. Mais pour moi, pour tous ces avantages, le jeu en valait la chandelle.

Voilà pour les raisons égoïstes, donc.

Attention, il y a un niveau 3 dans mes "pourquoi"…. A votre avis, où est-ce que je veux en venir ?

2 commentaires

  1. MuMM dit :

    Ah, au fait, un 1er lien : http://www.foxnews.com/story/0,2933,267976,00.html

  2. Cinn dit :

    Si je résume, l’étude tend à montrer que le fait d’avoir été allaité ne réduit pas le risque d’obésité à l’âge adulte. D’accord. Mais elle rappelle aussi l’existence d’autres études qui semblent avoir montré, elles, que l’allaitement maternel réduisait le risque d’obésité de l’enfant, ce qui n’est déjà pas si mal…

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.