Rapporteur !

"Cornélie m’a dit : Claryse a fait une bêtise! Alors je lui ai dit : ce n’est pas à toi de gronder ta soeur. Et j’ai puni les deux, celle qui a fait une bêtise et celle qui me l’a dit. Pas de rapporteuse chez nous." Est-ce qu’on est les seuls, nous, les français, à avoir une allergie à la dénonciation ? J’ai l’impression que dans l’inconscient général, celui qui dénonce quelque chose s’assimile forcément à celui qui dénonçait des juifs sous Vichy.

Autrement dit, le rapporteur, c’est forcément 1) quelqu’un qui soumet lâchement un innocent à une punition abominable, et 2) un complice de l’Etat, ou du moins d’une autorité forcément injuste, arbitraire, tyrannique et oppressive.

Alors on fait quoi, quand on a été élevée comme Claryse et Cornélie, quand on voit quelques années plus tard un petit camarade battu, un autre petit camarade victime de racket? Quand on voit encore plus tard un(e) autre camarade victime de violences, un autre qui vole dans les magasins et un qui se pique en douce ? Quand on a, encore plus tard, des connaissances qui fraudent le Fisc ou qui maltraitent le Code de la Route ? Un petit voisin victime de maltraitance ? Un individu qui vous menace de mort ? Un patron-voyou qui colle un avertissement à sa salariée parce qu’elle a osé présenter un arrêt maladie de 3 jours ? Ou tout simplement si vous êtes coincé chez vous parce qu’un petit malin s’est garé devant votre sortie de parking ?

On la ferme. On a appris qu’on ne fait pas justice soi-même (on ne "gronde" pas l’autre), et qu’on ne s’en remet pas à une autorité supérieure plus forte que soi pour régler le problème.

On laisse la pauvre victime potentielle (la Mafia, par exemple) se livrer à ses affaires personnelles qui ne nous regardent pas. L’Etat est un infâme empêcheur de tourner en rond, et ceux qui le grugent sont des héros.  Alors on laisse faire, c’est pas nos oignons.

…..Vive les délateurs !

4 commentaires

  1. lollan dit :

    Une autre opinion

    J’ai bien suivit ta logique mais je dois t’avouer que je ne suis pas du tout d’accord. Je m’explique la dénonciation et faire ce qui est juste c’est pas la même chose. Je pense que dans ta série d’exemple tu as mélangé les deux. Ce que l’on apprends a ne pas dénoncé ses camarades ou frère(s) et soeur(s) quand on est petit ? On y apprends les bases de la loyauté. Je pense que c’est aux parents de faire la loi pas aux enfants… parce que les enfants sont beaucoup plus malin que l’on croit et donné plus de pouvoir a l’un sur l’autre peut être préjudiciable sur leur relation futur. Bien sûr dans ton cas ce n’est pas simple et c’est même très compliqué vu que tu es mère célibataire (ma mère l’était aussi et l’est encore). Cependant instauré un système de délation entre serait vraiment très préjudiciable pour eux dans le futur. Pour en finir en France, la maladie que l’on a est de se mettre toujours du coté du vainqueur…

  2. Cinn dit :

    En réalité, ce qui me hérisse, c’est plus l’amalgame que les adultes font entre l’autorité (=le plus fort, en principe, contrairement à ce que tu impliques) et pouvoir injuste. La mentalité qui a pour conséquence que l’on assimile justement, en ce qui concerne les enfants, un rapporteur à un délateur qui trahit. Toujours en ce qui concerne les enfants, je suis encore perplexe sur comment réagir au « rapportage », puisque je commence tout juste à rencontrer le problème avec les miens (avec son effet pervers de « pouvoir » sur l’autre). Certes, personne ne va mettre une leçon de civisme dans le fait de se servir du pouvoir du parent pour avoir un avantage sur l’autre, on est d’accord. Mais il me semble qu’on ne peut pas plus mettre une leçon de loyauté dans un principe qui consisterait à laisser un frère ou une soeur faire une bêtise sans réagir. J’avoue que je n’ai pas encore de solution. Ca doit exister, en réfléchissant un peu.

  3. Cinn dit :

    > lollan : Accessoirement, tu as raison, j’ai fait un amalgame et mélangé les deux. Tout ça, parce que à mes yeux, parfois, faire ce qui est juste implique de « rapporter » (quel que soit le mot qu’on utilise pour ça).

  4. lollan dit :

    Je pense que si tu regardes autour de toi, le fait qu’il y est quelqu’un pour rapporter n’empêche pas vraiment l’enfant de faire la même bêtise a l’avenir, c’est après l’intervention du ou des parents (si efficace) que l’enfant apprends. Aujourd’hui tout le monde veut parler a ses enfants, je trouve sa géniale. Cependant un enfant ne doit jamais oublier qui es le chef, jusqu’à ce qui l’atteigne l’age adulte, il ne doit pas oublier qui est le chef. J’ai bien compris ce que tu dis et je suis d’accord on ne peut pas laisser faire sans réagir, mais mieux vaut prévenir que guérir. Ma mère par exemple m’a très vite responsabilisé pour que je veille sur mon petit frère (j’ai 4 ans de plus que lui) néanmoins elle a toujours su lorsque cela dépassait une certaine limite. Je pouvais agir mais j’ai toujours été parfaitement conscient que mentir a ma mère pouvait avoir des conséquences grave et que c’est elle qui a le dernier mot. Concernant l’amalgame que tu as dénoncé je suis parfaitement d’accord. Néanmoins je ne voulais pas impliqué que le plus fort doit avoir l’autorité, c’est juste que je pensais a ma situation familiale et dans ma famille, sa a toujours été ma mère le chef, il n’est même pas question de questionné son autorité (heureusement qu’elle ne me donne plus beaucoup d’ordre lol) en bref je la vois comme la plus forte.C’est un peu moins vrai aujourd’hui vu que je suis adulte maintenant donc le monde c’est passablement compliqué mais je suis resté très proche de ma mère parce qu’elle n’a pas abusé de ce pouvoir. Cependant c’est toi qui a raison la personne détenant l’autorité doit être la plus responsable et non la plus forte. La solution personnellement je n’ai pas d’enfant donc je peux pas vraiment en avoir lol. Ma mère elle prenait les problème au cas par cas et au jour le jour. Après c’est une question d’habitude je pense. Courage !

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.