Pour Parler

Ces derniers mois, la TBT était en pourparlers avec une autre entité, en vue d’une fusion.  On était passés de la rumeur au secret, puis du secret au secret de polichinelle, pour arriver au stade de l’information officielle : si « ça » devait se faire, « ça » se ferait sous peu.

Ce genre de nouvelles a fait naître moult spéculation. Qui dit fusion dirait sûrement licenciements (de qui?) et déménagement (loin?). De quoi alimenter très facilement de nombreuses conversations, si l’on aime bien se faire un peu peur quand on est dansl’incertitude.

Ce jour là, le verdict est tombé.

C’était terminé. C’était un non.

Ce jour là, peut-être quelques semaines après que la presse en ait fait mention, les pourparlers ont officiellement pris fin. Toute la TBT a été informée, par un message général.

Il était passionnant, ce message. Et aussi, rempli de beauté, de dynamisme et d’optimisme. C’était dégoulinant comme un épisode des Bisounours. Écoutez plutôt le président de TBT.

TBT reconnaissait dans un premier temps que TBT a été « ces derniers jours » (ceux qui avaient cette impression depuis des mois étaient donc  particulièrement visionnaires) en discussions avec la société Tropottes, pour réfléchir aux éventuels moyens de travailler ensemble, pour le plus grand bonheur de nos chers petits clients à tous. Le Président nous annonce que ces discussions ont pris fin et que (crachons le morceau) « notamment » il n’est pas, ou plus, question de fusion.

Suit un petit topo magnifique pour expliquer à quel point tout le monde est content de tout le monde. C’est incroyable, mais on a tous la même vision de notre travail et du sens du service client, le même professionnalisme et le même enthousiasme à l’idée de collaborer ensemble (pardon : d' »identifier des synergies« ). Non seulement on a été transportés d’allégresse pendant toute la période (pardon, c’est vrai, j’avais oublié : ça n’a duré que quelques jours) où on a eu l’immense privilège de discuter (discussions tout à fait bienveillantes et positives)  l’un avec l’autre, mais en plus toutes les personnes, sans exception, que l’on a eu la faveur immense de connaître et de fréquenter, nous inspirent une vénération et un attachement difficiles à concevoir pour qui n’était pas là.

Chose plus extraordinaire encore, tout cela fait partie d’une déclaration commune. Tous les représentants de Tropottes étaient d’accord pour colporter autour d’eux tout le bien qu’ils pensaient de la TBT. Mot pour mot.

On terminait par quelques phrases galvanisantes selon lesquelles, maintenant que toute incertitude était levée, on allait avoir l’esprit libre pour se consacrer à faire du chiffre dans l’avenir radieux qui était à n’en point douter le nôtre.

Deux pages de verbiage, une ligne et demie d’information tangible.

C’est dire à quel point tout le monde a dû s’étriper et se jeter des cendriers à la gueules ces derniers jours.

1 commentaire

  1. Letesle dit :

    C’est clair, rien de tel pour alimenter les bruits de couloir qu’une bonne vieille rumeur de fusion ou de rachat. L’occasion idéale pour papoter avec ses collègues sur un délire total tout en ayant l’air de parler boulot. Et meme quand le verdict arrive, souvent il ne se passe rien avant plusieurs mois. Au final on est toujours déçu !
    En tout cas ça fait plaisir de te lire à nouveau, tes billets nous arrivent à une régularité exemplaire, merciiiiiiiiiii 🙂

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.