Un partout

C’est moi ou quoi ? Il y a des week-ends en amoureux qui prennent un tour inhabituel.

Est-ce que c’était vraiment un week-end, techniquement ? Le débat se pose. En tout cas l’occasion était magnifique. Quelques jours de congés pris il y a bien longtemps, prévus à l’origine pour emmener les enfants respirer l’air marin. Un changement de planning, voulu par Lex, a abouti à ce que les enfants restent avec lui pendant cette presque semaine de congés (quand on est en week-end le mardi soir, c’est presque un congé non?).

Il se trouve aussi que Grandbrun (c’est lui qui a choisi son pseudo, hein, alors on se tait), de son côté, se trouvait également en congés et dépourvu de sa descendance pendant ces quelques jours. Configuration astrale incroyable, inespérée, quasi-miraculeuse, donc, qu’il aurait été criminel de ne pas mettre à profit pour mettre les voiles (sens figuré) vers un joli petit port (au sens propre), à deux ou trois petites heures de route.

Nous avons formé une équipe très efficace. Grandbrun sur son blanc destrier au volant, Cinn piquant du nez sans complexe en copilote aussi zélé qu’infaillible. 

Les heures qui suivirent furent l’occasion de merveilleuses découvertes l’un sur l’autre, toutes ces petites choses que l’on apprend lorsque l’on passe un peu de temps avec quelqu’un. Je suis donc en mesure d’annoncer publiquement que le Grandbrun possède de nombreuses fonctions utilisables dans des situations les plus diverses.

– électricien hors pair : en arrivant dans la chambre d’hôtel qui nous était réservée (coquette, spacieuse, un coup de coeur à saisir), nous avons dû constater que rien ne se passait quand on appuyait sur l’interrupteur principal de la pièce. Qu’à cela ne tienne ! Grandbrun a presque immédiatement perçu, d’une manière sans doute intuitive et mystérieuse, qu’il suffisait d’asséner un coup énergique sur le côté de la lampe pour mettre fin au faux contact. Que la lumière soit! Et la lumière fut.

– calorifère : on est peut-être théoriquement en pleine canicule, mais la proximité de la mer (ça ne peut être que ça) faisait qu’il faisait un peu frisquet dans le joli petit restaurant-avec-vue-sur-le-port-ultra-ravissante où nous nous sommes restaurés le soir même. Car le petit restaurant était certes romantique au possible, mais on y aimait l’air du large au point de garder les fenêtres ouvertes jusqu’à une heure avancée de la soirée… Fort heureusement, à elles seules, les mains toutes chaudes de Grandbrun autour de celles de Cinn ont su réchauffer la petite chose bleuâtre et frigorifiée qu’elle était devenue. Nota : pour imaginer correctement la scène, il n’est pas inutile de préciser que Cinn portait un blouson par dessus son pull, tandis que Grandbrun portait une légère chemise d’été, manches courtes, deux boutons négligemment ouverts.

– de plus en plus fort, voire unique au monde. Mesdames et Messieurs, Grandbrun a un mystérieux talent, un flair surnaturel pour repérer les endroits où il y a le Wi-Fi. Sans même déplier le portable dont il ne se sépare que difficilement et sous la torture, il lui suffit d’humer l’air pour déclarer qu’il en sent un pas très loin, par là. Ou (avec une grimace de dépit) : "Oh… une clé WEP. Il va juste me falloir un peu plus de temps alors…".

Tout allait donc pour le mieux jusqu’à un message téléphonique de Lex, tombé de nulle part :

"J’ai eu un accident…."

Week-end de dolce vita : 1 ; Lex : 1

8 commentaires

  1. Sun dit :

    Quand ça veut pas … ça veut pas

    Je t’ai déjà parlé du fait que je ne crois pas au hasard, mais au destin et je prend SES signes au sérieux. Le problème après est de les interpréter et là ça se gâte. Ce que j’ai pu constater (à mes dépents et cela n’engage que moi), c’est que quand une histoire démarre bien et que tout roule, c’est trop plat et on s’ennuie et ça ne dure pas. Alors que quand le destin nous mets des batons dans les roues, ça fortifie le couple (s’il passe les épreuves, parce que des fois « trop c’est trop » et ça casse). Comme si le destin se disait : « ha vous êtes amoureux ! et bien on va voir ça ! on va voir jusqu’où va votre seuil de résistance et de tolérance. » Comme on dit : « ça fera des souvenirs a raconter à vos petits enfants » Sinon j’espère que cet « accident » n’est pas trop grave et que surtout les enfants vont bien.

  2. GrdBrunTénébreux dit :

    Le voleur de pseudo !

  3. Letesle dit :

    Evidemment, le ton du post laisse à penser que cette histoire finit plutôt bien, n’empêche que tu nous fais des frayeurs, Cinn !! Oui, le destin vous met des bâtons dans les roues, comme dit Sun… Et pour le moment Lex n’est qu’un instrument du destin – en attendant qu’il comprenne ce qui se passe exactement, auquel cas j’ai bien peur qu’il s’évertue lui-même à vous pourrir la vie… Méfie-toi !!

  4. Sun dit :

    D’accord avec toi Letesle

    j’avoue que j’y avais pensé aussi, mais je ne voulais pas être un oiseau de mauvais augure. Je pense que Cinn en a conscience aussi et qu’elle saura gérer. Je lui fais confiance pour ça.

  5. Eva dit :

    Coup de théâtre

    Et si le rôle de Lex était d’occuper le terrain sous n’importe quelle forme pour laisser (inconsciemment ou pas) moins de temps et d’occasions à la naissance ou développement d’autres relations rapprochées ?

  6. Jerry dit :

    îîîk!

    Les enfants n’ont rien, j’espère? Lex… Une jambe de bois, ça lui nuira pas!

  7. Sun dit :

    Eva c’est évident

    La technique de Lex est simple, je dis que je prends les enfants à 20h00 et je passe soit à 19h00 soit à 21h00. Je dis que je les prends et hop je ne les prends pas. Si je les prends, j’ai un problème en plein milieu de journée et il faut que tu viennes absolument Cinn. Vu que Cinn publie nos commentaires, je pense que les enfants n’ont rien. Encore une manigance de Lex ? non pas quand même à ce point ? j’espère que tu nous raconteras.

  8. Cinn dit :

    > Tous : Non, l’accident était finalement bénin dans ses conséquences médicales, ce qui est une bonne chose, et les enfants n’étaient même pas présents. > Jerry, Letesle, Sun : Inconsciemment ou pas, je pense que Lex cherche (ou cherchait) à « occuper le terrain » et à garder du pouvoir sur moi (les exemples que donne Sun sont tout à fait significatifs à cet égard). Je commence à avoir l’habitude… et il ne peut pas tout faire non plus. > Grandbrunténébreux : Oui, bon, d’accord, ça ressemble ; mais tu as beaucoup de pseudos alors sur la quantité, ça doit arriver souvent qu’on t’en « pique » un !

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.