Courtisée

Quelle sensation merveilleuse, se sentir à nouveau objet de désir et de convoitise. Etre submergée par leurs coups de fil. Se préparer pour un rendez-vous, frétillante, impatiente : vont-ils me plaire ? Vais-je leur plaire?…

Ma demande de DIF pour bilan de compétences ayant été refusée, j’ai décidé de "surveiller un peu le marché", comme me l’a formulé mon interlocutrice (je vous parle d’elle dans un instant). Pour, éventuellement, quitter l’entreprise où je travaille, celle où j’ai des remarques agréables de mon chef mais où j’ai parfois l’impression de me sentir un peu à l’étroit dans mes fonctions (oui, dans mon salaire aussi, c’est vrai).

Profitant d’une après-midi où il n’y avait personne pour chatter avec moi, j’ai remis à jour mon CV sur Streumon.fr. Finalement, il y a au moins un avantage à n’avoir pas bougé depuis plusieurs années : il n’y avait qu’un chiffre à changer par ci par là (mon ancienneté). (Oui, je sais, quelque part, c’est un constat déprimant).

Environ trois heures après la manipulation (Oui Monsieur. Oui Madame. Trois heures), le téléphone sonne.

Lherbe & Pluverte a un poste à me proposer. Pourrait-on se rencontrer pour un entretien ?

Mais certes. Justement, j’ai un créneau demain. Rendez-vous est pris.

Je me présente le jour J (donc 24 heures après mon retour sur Streumon.fr), dans un état d’esprit intermédiaire entre 1) la reprise de réflexe : c’est un entretien d’embauche, des années que je n’ai plus fait ça, mais il faut se stresser un peu. S’agit de se vendre. 2) Une touche de dédramatisation : Je n’ai rien à perdre, j’ai déjà un travail où je peux rester un peu plus longtemps. Il n’y a donc pas d’enjeu, je ne peux être que gagnante. On se calme, donc. 3) Oui mais quand même, ça peut être intéressant. On se stimule. 4) Hein, quoi ? Il s’agit de quitter Chef Bien Aimé ? Mince alors, j’ai vraiment besoin de ça ? Autant en finir vite.

L’accueil est royal chez Lherbe & Pluverte.L’ambiance est feutrée et design à la fois. Un jeune homme (un stagiaire?) m’escorte jusqu’à la Salle de Réunion, me propose un café, et me souhaite courtoisement "une bonne réunion" (sic)

La Salle de Réunion est pleine de Matériel de Réunion sophistiqué. Deux immenses écrans plats. Un clavier vertical (pourquoi vertical?!). Des trucs qui ressemblent à des téléphones, mais qui ne doivent pas en être. Des bloc-notes aux armes de Lherbe & Pluverte. Des stylos aux armes de Lherbe & Pluverte. Et, top du top, nec plus ultra du nec plus ultra : des bonbons aux armes de Lherbe & Pluverte. des bonbons! Pourquoi pas des mouchoirs en papier publicitaires ?

Dame. On soigne sa communication, ici.

Sarah arrive avec à peine 10 minutes de retard et présente de brèves excuses. (Message personnel à ma gynéco, si elle me lit : T’as vu ça ? La classe, hein? Pas comme certains qui n’ont aucun scrupule à faire poireauter systématiquement leurs patientes pendant une heure. Prends-en de la graine, vieille sorcière malpolie. Fin du message personnel).

On discute, donc. C’est le principe. …… Mais c’est qu’il a l’air pas mal, ce job. …….. Intéressant et tout. ……. Purée, qu’il a l’air bien ce job. …….verte Ils ont une mutuelle. Et des tickets restos. Et une cafète. ……. Ne t’emballe pas, ma fille. Il peut y avoir loin de la coupe aux lèvres, et de la publicité à la réalité. …….. Même ma future chef a l’air bien. …… Une salle de sport?! Ils ont une salle de sport !!!!!! Il me faut ce job! ……

La suite la semaine prochaine. La suite des évènements, pardon, du process, c’est que je rencontre ma future chef ("froide au premier abord, mais c’est parce qu’elle est exigeante et rigoureuse". Ça me plaît.). On verra bien.

En attendant, j’ai rallumé mon portable au sortir de l’entretien. Surprise ! Renaud, du cabinet Onveuvoue-Desbauchers, m’a laissé un message : il voudrait me rencontrer pour "faire le point sur ma carrière". Petit coquinou, va.

Objet de tous les désirs, je vous dis.

4 commentaires

  1. Jerry dit :

    « Lherbe & Pluverte » : LOL Cela dit, quand j’étais petite, on m’a toujours expliqué de me méfier des inconnus qui vous offrent des bonbons. J’dis ça, j’dis rien, hein.

  2. ralphy dit :

    @Jerry : C’est politiquement plus correct de proposer un bonbon à un client ou un collègue qu’une brosse à dents… 😛 @Cinn : Je vois que tu n’as pas chômé durant cette période estivale ! Vivement les épisodes à venir !

  3. Cinn dit :

    Ralphy m’a depuis suggéré une explication toute bête (et vaguement cynique) au fait de proposer à ses clients des bonbons à la menthe : s’assurer qu’ils n’ont pas mauvaise haleine… je suis vraiment trop naive !

  4. K dit :

    menthe

    Ouf je ne suis pas trop friand de la menthe, j’aurais au moins passé ce piège avec succès malgré mon haleine de chacal.

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.