Même pas mal!

Il y a d’abord le choc. Bizarrement, on ne sent rien sur le coup.

On se dit que c’est mieux comme ça.

On poursuit sa vie, plutôt guillerette et épanouie. Dans un coin de votre conscience, il y a comme une ombre, quelque chose que votre inconscient vous cache et où vous n’avez pas envie d’aller coller le nez. Was ich nicht weiss, macht mich nicht heiss : ce que je ne sais pas ne me fait ni chaud ni froid. Vous êtes reconnaissant à votre esprit de vous cacher maladroitement ce cadavre dans le placard.

Un jour, vous essayez d’y mettre le nez, pour voir. Et vous ne ressentez rien, vous êtes toujours anesthésiée. On dirait que votre esprit a pris le soin de briser toutes les synapses qui reliaient votre histoire à un souvenir, qu’il soit douloureux ou agréable. Vous avez perdu votre souffrance mais aussi les souvenirs que gardaient vos sens. Ce prénom qui évoquait auparavant un monde de sentiments, vous vient encore à la bouche mais n’est plus qu’une coquille vide.

Et puis au bout d’un moment, quelque chose revient. De la tristesse. Vous ne savez pas très bien pourquoi (enfin si, vous savez, au final, mais vous ne voyez pas le rapport, et encore moins pourquoi maintenant). Une lassitude. Votre corps au réveil est comme un sac de clous, les plaisirs de tous les jours ont un peu moins de goût, vous vous débattez en vous disant que vous allez vous relever de toute façon, que ce creux de la vague n’a qu’un temps.

Au final, vous y passerez quand même, par une période de blues.

Encore un peu de temps et vous vous rendrez compte que ça fait longtemps que vous ne vous êtes plus posé de questions sur cette histoire injuste. Vous lâcherez prise sur tout ce qui n’est pas les bons moments, ceux que vous garderez comme un album de photos presque oubliées de ces moments qui vous appartiendront pour toujours, et dont vous sourirez en les regardant.

10 commentaires

  1. kaliuccia dit :

    Ce que nous pouvons être compliqué tout de même … L’important, c’est de garder les bons souvenirs. J’aime beaucoup ta façon d’écrire. Je m’incruste 😉

  2. Ghost dit :

    La suprématie féminine

    Le pouvoir de peu à peu oublier et de faire le tri dans les souvenirs. Moi je reste toujours sur des « et si … » et je me pose toujours des questions sur ce qu’est devenu l’autre et si elle va bien. Un côté « passéïste » qui me fait toujours me retourner et me freine pour avancer.

  3. En Pleine Poire dit :

    Parfois…

    Nous oublions justement les bons moments et ne conservons que les mauvais…

  4. Cinn dit :

    Je n’ai pas dit qu’il fallait « oublier » une partie (encore que, vu ma mémoire de poisson rouge…). Juste arriver, avec le temps, à ne plus ruminer les mauvais côtés sans oublier qu’il y a eu de bons moments. Et accessoirement, faire mieux la prochaine fois 🙂

  5. Cinn dit :

    J’oubliais !! Bienvenue à toi Kaliuccia.

  6. En Pleine Poire dit :

    Faire…

    mieux la prochaine fois… C’est ce que tout le monde souhaite en recommençant qque chose qui a foiré mais… dans les faits, combien y arrive ? :s

  7. Hélène dit :

    S.O.S

    Je suis la mère de Yohan Lavigne et je lance un appel à ceux qui voudraient signer la pétition pour éclaircir la mort d’un jeune homme de vingt ans. Car l’on prétend un suicide par pendaison, alors que son corps ne porte que des traces de coups. Puis sur la soit disant lettre d’Adieu, il y a une autre écriture que celle de Yohan, certifié par analyse graphologique. Et l’on a voulu faire incinérer mon fils en usurpant mon identité. Je ne veux que la vérité et si vous voulez m’aider à l’obtenir grâce à une vraie enquête, ne serait ce que pour ne pas prendre le risque de laisser des assassins en liberté, alors signez la pétition qui se trouve en bas de page ou ce lien vous amène. Je voulais vous dire qu’il arrive rarement mais cela arrive, que le mail pour la confirmation de votre signature arrive dans votre boite de réception, mais dans votre courrier indésirable ou un nom similaire et vous pouvez confirmer sans souci. merci. helenebourt@hotmail.fr

  8. Natacha dit :

    Pourquoi est-ce que je me sens tellement proche des émotions décrites ici alors que mon passé est tellement différent ?

  9. Cinn dit :

    > Hélène : Je ne connaissais pas votre histoire. J’ai signé votre pétition en ligne. Ce qui est arrivé à votre fils est tout simplement révoltant. Pour plus de facilité, je recopie ici le lien qui mène directement à la pétition : http://www.altermonde-levillage.com/spip.php?article10516&var_confirm=nWHastDL#sp10516 > Natacha : Je ne sais pas quel est ton passé… je suis très touchée de ton commentaire. C’est la première fois que je réagis comme cela, pour ma part. > EPP : Comment fait-on pour faire « mieux la prochaine fois »?… En apprenant de ses erreurs… en essayant de les comprendre et de modifier son comportement ? Voilà, c’étaient les cinq minutes d’enfonçage de portes ouvertes ! Bises à toi.

  10. Ghost dit :

    Demande de précision

    Cela ne me regarde pas, mais j’aimerais avoir des précisions sur ta réponse à Natacha : « C’est la première fois que je réagis comme cela, pour ma part ». La curiosité est un vilain défaut, je sais! peut être un autre post …

Leave a comment

Les commentaires sont fermés.